EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

 
 
Publié le 01/12/2006

« Les Anges électriques », anthologie spéciale de la revue "Fiction"

LES MOUTONS ELECTRIQUES, AUTOMNE 2006

Par Lunatik

Au coté de la mythique revue Fiction on pouvait trouver, entre 1959 et 1984, sa petite sœur Fiction Spécial. Trente quatre anthologies de nouvelles, dans un premier temps réservé aux auteurs français. Par la suite la revue s’est ouverte au monde anglo-saxon mais également à la SF européenne, avec des numéros entièrement consacrés aux auteurs italiens ou allemands. Vers la fin de son existence, elle proposa des numéros à thème. Lorsque les Moutons électriques décidèrent de relancer Fiction, il n’était pas encore question de faire renaître également sa petite soeur thématique. Mais voilà, une grande partie des nouvelles de la présente anthologie étaient déjà dans leurs cartons, et comme l’envie de publier un numéro à part pour les fêtes de fin d’année se précisait, l’équation devenait simple à résoudre.


Et puis, vendredi, je suis mort.


Fiction spécial est donc revenue à la vie, et la thématique des Anges électriques s’accorde à merveille avec cette renaissance. L’ange gardien de la revue s’est penché sur son sort et l’a ramenée d’entre les morts. D’ailleurs, ce royaume entre la vie et la mort est visité par certains des auteurs de cette anthologie et le plus souvent avec talent. Parfois les personnages préfèrent se voiler la face pour ne pas admettre qu’ils sont bel et bien morts et qu’ils se trouve dans ce monde de transition, comme dans « Cendres » de René BEAULIEU, « Dormeurs, sortez du sommeil » de Jamil NASIR et « Passage » de Andrew WEINER. Mais ce n’est pas systématique. Dans « Carnation, Lily, Lily, Rose » de Kelly LINK le protagoniste est clairement conscient de se trouver dans cet entre deux mondes. Coincé sur une île déserte, il écrit des lettres à sa femme dont il ne se rappelle pas le nom. A noter que le coté onirique de cette île est particulièrement savoureux.

« Les Coucous de la félicité » de Rhys HUGHES se déroule directement au Paradis alors que le héro est pourtant bien vivant. Un chômeur se voit proposer un poste de responsable de la sécurité céleste. Dieu a commis une boulette, lourde de conséquence pour le Paradis et notre pauvre chômeur doit y trouver une solution. Bien déjanté, Rhys HUGHES, dont on peut apprécier la nouvelle « Le cosmos de cristal » dans « Fiction N°4 », y confirme son statut d’auteur hors norme.

Mais dans la section Hors des sentiers battus, le prix du jury est assurément attribué à Sylvie DENIS pour « La Mort de l’ange » dont le sous titre Féerie pour Noël technologique [une histoire avec décors et dialogue ou bien une pièce en un acte présentée par un metteur en scène particulièrement bavard] donne déjà un aperçu de la chose. Bizarre autant qu’étrange, c’est l’histoire d’un royaume dirigé par un ours en peluche rose et raconté sous la forme d’une pièce de théâtre. La poupée qui dirige le royaume d’à cote convoite le trône de l’ours rose depuis que les insectes ont envahis ses terres. La statue qui trône au « carrefour de l’ange » s’éveillera-t-elle à temps pour venir en aide à l’ours ? Déroutant, au début, de part les personnages atypiques, on rentre progressivement dans le jeu du fait de l’architecture du récit et l’on ne peut qu’applaudir le résultat.


Des ailes ? Quelles ailes ?


Parmi les dix huit nouvelles de cette anthologie, il y en a certaines qui laissent la part belle à l’ambiguïté. On ne sait pas vraiment qui sont les personnages comme dans la courte nouvelle d’introduction de Jean-Pierre ANDREVON, « Les Ailes brisées », ou dans « Des Ailes dans la tête » de Fabrice MÉRESTE où un artiste célèbre, premier greffé du cerveau, retrouve, lors d’un vernissage, le professeur qui lui permit de renaître.
D’autres, ne donnent pas de visage aux évènements surnaturels de l’histoire comme dans « Les Anges des tombes » de Richard KEARNS. Comme quoi, une pelle et une pioche qui apparaissent dans la chambre d’un homme à son réveil peuvent créer une superbe histoire, sensible et grave. C’est, d’ailleurs, probablement le plus beau récit de cette anthologie.


La ville est pleine d’anges écrasés.


Mais ou sont les anges dans tout ca ? Etalés au sol, silhouettes recroquevillées comme des fientes de pigeons tombés au hasard pour Jean-Louis TRUDEL avec « Des Anges sont tombés ». Ou en pleine traque d’un Edgar Alan POE au crépuscule de sa vie dans « Les Derniers Jours d’Edgar Poe » de Christian VILA. L’auteur s’appui sur les écrit de POE [« Annabel Lee », « L’ange du bizarre »...] et sa relation difficile avec l’alcool pour nous plonger dans une histoire où séraphins et Annabel Lee se mélangent à merveille. Au final cela donne envie de ce replonger dans l’œuvre d’Edgar...


Je tire le Colt de sa gaine, abaisse le flingue vers son crâne et appuie trois fois sur la détente.
« Une pour le Père, une pour le fils, une pour le Saint-Esprit » se marre Kowalsky, le vieux con.

Les auteurs n’en font souvent qu’a leur tête. Lorsqu’on leur donne un thème à priori tourné vers le fantastique ou le merveilleux, ils nous emmènent la où on ne les attend pas. C’est le cas ici de Xavier MAUMEJEAN, Paul DI FILIPPO ou encore Johan HELIOT.
Le premier nous transporte dans un futur où les hommes sont devenus stériles et ou les banques de sperme sont à sec. Le second, sur une Terre où l’on fabrique les anges. Quant au troisième, il nous revoie aux années psychédéliques. 1969, une armée de chérubins, équipés de leurs petits arcs, envahit la Terre. Les victimes de leurs flèches partent, comme des âmes en peine, à la recherche désespérée de l’âme sœur. La résistance s’organise. Mais comment en est on arrivé là ?
Les anges se sont invités dans la Science Fiction pour le plus grand plaisir du lecteur.


COMMANDER

A l’instar de Fiction N° 4, sorti en même temps, ce Fiction Spécial est une pure merveille. Dix huit textes, dix sept nouvelles de qualité, voilà comment résumer brièvement cette anthologie [à vous de creuser pour trouver la nouvelle écrite avec les pieds].
Vous manquez d’idées pour les fêtes de fin d’année ?
Arrêtez vous dans une librairie, demandez quatre ou cinq exemplaires des Anges électriques [s’ils n’en ont pas assez, pétez un scandale]. Gardez en un pour vous, et faites le bonheur dans votre entourage !