EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

 
 
Publié le 04/11/2006

"Les brigands de la forêt de Skule" de Kerstin EKMAN

["Rövarna i Skuleskogen", 1988]

ACTES SUD, 1993 - REED POINTS FANTASY, MARS 2006

Par K2R2

J’ai honte, oui j’ai honte, honte d’avoir laissé trainer, par pure paresse, un sublime roman, une oeuvre qui mérite un sort autrement plus honorable que de retourner chez son éditeur après avoir été oublié dans une caisse au fond d’une obscure librairie de province. J’ai honte de m’être laissé influencer par une couverture franchement repoussante et des préjugés sur une collection qui ne mérite pas forcément que des sarcasmes. J’ai honte d’avoir pensé que les trolls étaient uniquement des brutes épaisses de plusieurs mètres de haut, qui ne se lavaient jamais et étaient tout juste bons à écraser de la cervelle à l’aide d’un gourdin de cinquante livres. Je m’ excuse, je ne le ferai plus.


Publié intitialement chez Actes Sud, ce qui en soi est déjà un gage de qualité et devrait mettre la puce à l’oreille du lecteur averti, le roman de Kerstin EKMAN est quelque peu passé inaperçu lors de sa réédition en poche. C’est d’autant plus dommage, qu’il s’agit probablement du meilleur titre proposé à ce jour par la toute nouvelle collection Points fantasy [plus si nouvelle que ça étant donné le retard de cette chronique].

Les lecteurs de fantasy ne connaissent probablement pas Kerstin EKMAN, alors sachez qu’il s’agit d’une grande dame de la littérature suédoise, une petite jeunette née en 1933, réputée pour son caractère bien trempé et ses prises de position iconoclastes. Elue en 1979 membre de l’Académie suédoise des arts et des lettres, elle s’autorisa en 1989 à claquer la porte de cette vénérable institution pour divergence d’opinion [notamment à propos de la condamnation à mort de Salman RUSHDIE par l’Iran]. Kerstin EKMAN a été récompensée en 1989 du prestigieux prix Selma Lagerlöf, le roman présent a été publié en Suède en 1988.

« La haut dans le Nord, à Oringen, vivait une brave femme mère de deux grands fils. Ils s’appelaient Granarv et Groning et n’avaient jamais rencontré personne. Un jour, tandis qu’ils coupaient du bois dans la forêt, Groning se retrouva éloigné de son frère. Un sapin qu’il abattait lui tomba dessus et il resta coincé sous le tronc, incapable de se relever. Il appela mais Granarv ne l’entendit pas et rentra à la maison quand vint l’heure de manger. Groning souffrait et grimaçait tant et plus en essayant de se dégager, mais il restait coincé . »

Skord est un jeune troll vivant dans l’immense et verdoyante forêt de Skule. Timide et craintif il n’a pas grand chose à voir avec les bêtes immondes, sales et repoussantes, que l’on a l’habitude de croiser dans la littérature, ou bien encore au cinéma ; son apparence diffère peu de celle d’un enfant qui ne se serait ni lavé ni coupé les cheveux depuis sa naissance. Skord aime se promener dans la forêt, prendre l’apparence d’un animal ou bien encore dénicher quelques friandises offertes par une nature généreuse et prodigue, mais surtout Skord aime beaucoup observer les humains, ces créatures étranges qui ne cessent de le fasciner ; à tel point que Skord décide un jour de se faire passer pour un humain.

Lorsqu’il fait la rencontre fortuite de deux jeunes orphelins, Bodel et Erker, le jeune troll décide de les suivre et de parcourir la Suède à la rencontre d’une civilisation qui l’émerveille à chaque instant. Etranger à la morale des hommes et dépourvu de tout interdit, Skord suit un parcours qui n’est pas sans rappeler celui du Candide de Voltaire, confronté à l’horreur, à la violence, au meurtre, au vol, au viol, à la trahison, aux péchés les plus vils, Skord observe et apprend, subissant parfois ce qui nous apparaît comme les pires sévices. La qualité de Troll a cependant un inconvénient : Skord ne vieillit quasiment pas, si bien que lorsque sa chère Bodel n’est plus qu’une vieille femme ratatinée et à moitié aveugle, lui est tout juste devenu un adolescent plein de vie et de santé. Alors il doit fuir et changer d’identité, sans cesse, pour ne pas que l’on s’étonne de voir le temps glisser sur lui comme une simple caresse. Assistant d’un érudit local, brigand, médecin ou même alchimiste, le parcours de Skord le ménera à travers la Scandinavie du Haut Moyen-Age jusqu’au XIXème siècle.

« Illuster ferma un instant les yeux, comme pour confirmer qu’il savait cela. Skord était dérangé par une mouche qui, après avoir longtemps bourdonné à la fenêtre, marchait maintenant sur son nez. Il craignait de faire un mouvement imprudent ou impoli. Kâpp était bouche bée, comme quand tout jeune il écoutait le maître. Il risquait d’avaler la mouche si elle changeait de villégiature ».

S’inscrivant dans la longue tradition du conte scandinave, "Les brigands de la forêt de Skule" est une oeuvre singulière dans le paysage de la fantasy. Superbement écrit, admirablement traduit, le roman est un dépaysement de tous les instants alors même que son univers reste très proche d’un certain réalisme historique et géographique. Sur plusieurs siècles, Kerstin EKMAN nous entraîne à travers l’histoire d’un pays confronté à un lent glissement vers le christianisme. Pourtant, à l’instar de Skord, sorte de reliquat de l’ancienne culture païenne, la scandinavie reste un pays profondément imprégné par ses anciennes divinités et ses anciennes traditions.

D’une érudition foisonnante et d’une étonnante richesse thématique, le roman est écrit sur un ton léger tout en traitant de sujets extrêmement sérieux sur le plan de la morale ou de la philosophie. Ce décalage entre profondeur du discours et légèreté de la narration est un véritable choc stylistique et permet au lecteur de ne pas décrocher, même lors de passages un peu trop délayés, car ne le cachons pas la structure du récit est parfois inégale et certains passages sont un peu longs et manquent de densité, rarement heureusement.

« Il ne se donna même pas la peine de vérifier si le ventre de la dame avait commencé à se bomber. Mais elle avait l’air satisfaite.

« Une fille pouvait-elle se contenter de n’importe quoi ? Pleurait-elle un coup avant d’être en forme ? Elle ne devient pas savante, bien que cela eût été écrit dans son prognosticus. Elle ne fut pas mariée à l’amour de velours et elle eut des enfants bien qu’elle fut une enfant elle-même. On aurait dit qu’elle jouait avec des poupées trop grandes. Et qui savait ce qui grandissait dans son sein ? Peut-être l’Anéantisseur, dans un corps de la taille d’un poing.

Une bourrasque de neige estompa alors la petite troupe vétue de noir. Skord se pencha sur le poinçon. »


COMMANDER

"Les brigands de la forêt de Skule" est une oeuvre indispensable à tout amateur de littérature qui souhaiterait découvrir autre chose qu’une fantasy héroïque calibrée et formatée. Rarement texte aura été aussi beau, rarement la réflexion philosophique sur la nature du mal aura été aussi poussée, aussi subtilement amenée, rarement fantasy aura été aussi intelligente.

Procurez-vous ce livre de toute urgence, lisez-le, relisez-le, prêtez-le, faites-en de la publicité autour de vous, gardez-le précieusement dans votre bibliothèque. Ce livre est grand, ce livre est magnifique.