EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 04/01/2009

Les nombreuses vies de Conan, ouvrage dirigé par Simon Sanahujas

ED. LES MOUTONS ELECTRIQUES / BIBLIOTHEQUE ROUGE, OCT. 2008

Par K2R2

Passablement délaissé, il y a encore quelques années, au profit de héros plus épiques et plus jeunes, voici que Conan fait depuis quelques mois son grand retour sur le devant de la scène médiatique. Edition intégrale de ses aventure, chez Bragelonne, revue et corrigée par l’excellent Patrice Louinet, sortie du jeu vidéo massivement multijoueur, nouveau projet d’adaptation cinématographique.... Les lecteurs de Robert E. Howard sont à la fête ces derniers temps, et voilà que les Moutons électriques ajoutent leur pierre en consacrant un volume de la bibliothèque rouge à l’univers de Conan.


Hommage collectif à l’œuvre de Robert E. Howard, Les nombreuses vies de Conan se veut un ouvrage de référence sur l’univers créé par l’auteur Texan, que Simon Sanahujas et ses camarades tentent de replacer dans un contexte historique et géographique précis.
Le premier texte de ce volume de la Bibliothèque rouge se présente sous la forme d’une longue biographie de Conan [près de 150 pages], agrémentée dans d’une chronologie très détaillée de ses aventures et du monde dans lequel évolue notre barbare préféré. Simon Sanahujas retrace la vie du Cimmérien, tout en comblant les vides et les ellipses laissés par Robert Howard. A l’occasion, l’auteur tente de dresser un portrait de Conan, destiné à éclairer certaines facettes d’une personnalité plus complexe qu’en apparence.

Cette tentative de raccrocher le monde de Conan à une certaine réalité historique n’est pas sans fondement littéraire, puisqu’il s’agissait là de la volonté de Robert Howard, en revanche elle apparaît quelque peu artificielle dans le sens où reconstruire une chronologie extrêmement détaillée de l’univers de Conan et de sa vie enlève au personnage une part de mythe. Ce qui apparaissait, volontairement ou pas, sous des contours parcellaires et artistiquement flous donnait finalement toute sa substance au personnage, une part d’ombre nécessaire au mystère et qui aiguisait la curiosité du lecteur.
Ceci-dit, chacun choisira en toute connaissance de cause s’il souhaite satisfaire sa curiosité primaire ou s’il préfère continuer à faire travailler son imagination. On soulignera que l’exercice, en dépit des efforts méritoires de Simon Sanahujas, relève assez souvent de la paraphrase, surtout pour les lecteurs qui connaîtraient parfaitement les nouvelles de Conan. Ne voyez aucune offense dans mes propos, je conçois parfaitement que rétablir une chronologie et une biographie du personnage de Conan n’a rien d’une évidence, surtout après le passage d’auteurs et d’éditeurs aussi peu scrupuleux que L. Sprague De Camp. Cette biographie-chronologie est certainement un excellent complément aux travaux de Patrice Louinet, mais à titre personnel je n’y ai guère trouvé de quoi me mettre sous la dent.

Le troisième texte de cette ouvrage relève de la même logique. « De l’époque thurienne à l’âge hyborien et aux origines de notre Antiquité » tente de replacer l’univers de Conan dans notre propre histoire en le rattachant à une supposée proto-Antiquité. Là encore, la démonstration est parfaitement recevable sur le plan littéraire, mais elle apparaît douloureusement et implacablement artificielle. L’exercice fonctionnerait sans doute bien mieux si l’univers de Conan n’était pas lié de manière aussi abrupte à notre propre réalité historique. Reconnaissons tout de même que pour les afficionados, les nombreuses cartes fournies dans cet article font figure de véritable atlas historique [G. Duby quand tu nous tiens].

Le reste de l’ouvrage est plus convaincant. La bibliographie des nouvelles de Conan est loin d’être inutile, d’autant que l’on nous gratifie également d’un recensement des pastiches, adaptations télévisuelles ou cinématographiques, BD.... bref, une somme pour tout fan de Conan qui se respecte.
On jettera également un coup d’oeil sur la concurrence, puisque d’autres poids-lourds de la Sword & Sorcery sont évoqués [Le cycle des épées, Elric, Kane, Red Sonja, Druss, ....] On passera rapidement sur l’article concernant Kull, qui tente d’établir un portrait différencié de l’ancêtre de Conan, intéressant mais pas vraiment fondamental.
En revanche on s’attardera davantage sur « Création et aléas éditoriaux d’un mythe », passionnant article dans lequel on assiste à l’évolution littéraire du personnage de Conan, de sa naissance dans la revue Weird Tales aux heures sombres de la période Sprague De Camp ; l’article permet de mettre indirectement en lumière le récent travail éditorial de Patrice Louinet sur la réédition revue et corrigée des aventures de Conan et de mieux comprendre en quoi ce travail était fondamental par respect pour l’œuvre initiale.
Les articles suivants sont dans la même veine et s’intéressent également à la genèse littéraire de Conan, mise en lumière par certains aspects fondamentaux de la vie de Robert Howard [vie familiale, influences culturelles, ....] Un travail d’archéologie littéraire tout à fait méritoire, qui comblera très certainement les lecteurs passionnés par l’œuvre de l’écrivain texan. On pourra cependant rester étonné de la contradiction apparente entre deux articles traîtant de la barbarie supposée de Conan, le premier donnant une acception greco-latine au terme “barbare”, tandis que le second au contraire exclue Conan de cette terminologie, en faisant un électron libre évoluant dans un monde dont il n’aurait gardé que le meilleur de chaque culture. Les deux points de vue étant solidement argumentés, chacun se fera sa propre opinion.

Enfin, ce volume se termine par une nouvelle de Laurent Kloetzer, qui évite habilement l’écueil du pastiche. Le chant du krall de la chèvre se présente comme un conte picte qui aurait traversé les âges les plus reculés de l’histoire pour nous parvenir, plus ou moins déformé par cette longue tradition orale. C’est frais, court et efficace ; une petite friandise du plus bel effet, qui clôt avec brio cet ouvrage.


COMMANDER

Les nombreuses vies de Conan se présente comme un ouvrage dans l’ensemble plutôt convaincant, dans lequel les admirateurs de l’oeuvre howardienne viendront piocher au gré de leurs envies quelques éléments complémentaires aux aventures de leur barbare préféré.
Universitaire dans son approche, ce volume admirablement illustré se parcourt au gré des envies.
Est-il utile de préciser que la plupart des articles s’adressent avant tout aux bons connaisseurs de l’oeuvre de Robert E. Howard, les néophytes n’y verront probablement qu’un appareil critique abscons et indigeste, ne serait-ce que par les très nombreuses références aux textes originaux qu’il contient.