EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Aux frontières de l’Epouvante


Diplômé de l’Université du Missouri, Richard Matheson devient journaliste. Sa première nouvelle, Le Journal d’un Monstre [Born of man and Woman, 1950] connait un certain succès, alors que lui-même la trouve "incohérente" : elle raconte comment un enfant monstrueux en vient à haïr profondément ses parents.

Tout ce qu’il écrit ensuite est marqué comme ce premier texte par l’Etrange. Souvent il cherche à donner des explications physiques aux phénomènes qu’il décrit. Mais cela n’est jamais très "cohérent" et d’ailleurs tout le monde s’en moque : à partir d’intrigues abracadabrantes, il réussit à mener le lecteur plus loin sur les terres du surnaturel, et de l’angoisse. Matheson est très vite récupéré par le cinéma et la télévision : il écrit lui-même l’adaptation pour le grand écran de L’Homme qui rétrécit, réalisé par Jack Arnold en 1957. Il signe également des adaptations des contes d’Edgar A. Poe, et plusieurs épisodes de Twilight Zone [en France, La Quatrième Dimension] et de Star Trek.

Enfin, il écrit le scénario de Duel, premier film d’un jeune réalisateur qui allait devenir un des maîtres d’Hollywood : Steven Spielberg.

Richard Matheson, qui est aussi l’auteur de plus de 200 nouvelles, est cité comme référence aujourd’hui par tous les grands pontes du roman d’horreur, notamment Stephen King et Dean Koontz. Son dernier roman paru en français est A sept pas de minuit [1995]

Son fils, Richard Christian Matheson, est lui aussi écrivain.


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE


- Je suis une légende [I Am Legend, 1954]

La civilisation humaine s’est effondré depuis que les morts sortent de leurs tombes pour dévorer les vivants... L’épidémie a transformé tous les êtres humains en vampires et, chaque nuit, le monde leur appartient.
Les survivants sont rares. Robert Neville a d’ailleurs le sentiment qu’il est le dernier... Le jour, il chasse les morts aux dents longues dans les ruines des cités effondrées, armés de pieux de bois... la nuit, il se barricade dans sa maison, rapidement assiégée, et tente de dormir en attendant l’aube, hanté par les souvenirs. Combien de temps pourra-t-il survivre seul parmi les vampires ?

Voici un grand roman de SF "d’époque", à peine un peu daté, aussi savoureux qu’un vieux film d’horreur en noir et blanc. Le savoir-faire de Richard Matheson est redoutable : il sait faire évoluer cette intrigue a priori simple et, de révélations en surprises, nous attacher à son héros, et nous faire trembler pour lui.

Je suis une Légende a été adapté au cinéma à deux reprises :

  • 1964 : Je suis une légende, film italien avec Vincent Price, titre original L’Ultimo Uomo Della Terra.
  • 1971 : Le Survivant réalisé par Boris Segal, avec Charlton Heston et Anthony Zerbe, titre original The Omega Man.
  • 2007 : Je suis une légende, film américain en cours de production, de Francis Lawrence avec Will Smith.

- L’homme qui rétrécit [The Shrinking Man, 1956]

Scott CAREY a un problème : son corps rétrécit à vue d’oeil. Au début, ce n’est qu’une drôle d’impression, mais il doit vite se rendre à l’évidence : le phénomène ne s’arrête pas. Jour après jour, centimètres après centimètres, il décroît sans fin.

Sa femme et ses proches lui apparaissent comme des géants de plus en plus hors de portée, bientôt les animaux deviennent pour lui des prédateurs dangereux, et il continue de diminuer, jusqu’au limite de l’horreur...

Il existe une adaptation cinéma, intitulée The Incredible Shrinking Man, réalisé en 1957 par Jack Arnold, et primée par le Prix Hugo 1958 catégorie Cinéma.

RECUEILS DE NOUVELLES :

Le meilleur recueil de Richard Matheson est sans aucun doute Derrière l’écran [ED. FLAMMARION / IMAGINE, 1999].
Mais il existe aussi une intégrale en trois volumes, publiée chez Flammarion sous la direction de Jacques Chambon - intégrale qui a fait l’objet d’une réédition augmentée chez J’ai Lu et dont voici le détail :

Nouvelles - Tome 1/1950-1953

  • "Né de l’homme et de la femme" ["Born of Man and Woman"]
  • "La troisième à partir du soleil" ["Third from the Sun"]
  • "Quand le veilleur s’endort" ["When the Waker Sleeps“]
  • "La voix du sang" ["Blood Son“]
  • "L’habit fait l’homme" ["Clothes Make the Man“]
  • "La robe de soie blanche" ["Dress of White Silk“]
  • "Retour à zéro" ["Return“]
  • "La chose" ["The Thing“]
  • "Derrière l’écran" ["Through Channels“]
  • "La guerre des sorcières" ["Withchwar“]
  • "Avis à la population" ["Advance Notice“]
  • "Frère de la machine" ["Brother to the Machine“]
  • "B ..." ["F...“]
  • "Mamour quand tu es près de moi" ["Lover when you’re Near Me“]
  • "La maison enragée" ["Mad House“]
  • "Une résidence de haut vol" ["Shipshape Home“]
  • "Un jour, une petite annonce" ["SRL Ad“]
  • "Enfer sur mesure" ["To Fit the Crime“]
  • "Nef de mort" ["Death Ship“]
  • "Escamotage" ["Disappearing Act“]
  • "Les captateurs" ["The Disinheritors“]
  • "Toilettes pour hommes seuls" ["Dying Room Only“]
  • "La boucle est bouclée" ["Full Circle“]
  • "Le dernier jour" ["The Last Day“]
  • "Lazare II" ["Lazarus II“]
  • "Une armée de conspirateurs" ["Legion of Plotters“]
  • "Tina a disparu" ["Little Girl Lost“]
  • "Appel longue distance" ["Long Distance Call“]

- Nouvelles - Tome 2/1953-1959

  • "La maison du crime" ["Slaughter House"]
  • "Intrusion" ["Trespass"]
  • "Un mariage" ["The Wedding"]
  • "Paille humide" ["Wet Straw"]
  • "Le zoo" ["Being"]
  • "Le conquérant" ["The Conqueror"]
  • "L’enfant trop curieux" ["The Curious Child"]
  • "Cher journal" ["Dear Diary"]
  • "Descendre" ["Descent"]
  • "La poupée à tout faire" ["The Doll That Does Everything"]
  • "L’homme qui avait créé le monde" ["The Man Who Made the World"]
  • "L’examen" ["The Test"]
  • "Le voyageur" ["The Traveller"]
  • "Au soir du monde" ["When the Day Is Dun"]
  • "Danse macabre" ["Dance of the Dead"]
  • "Funérailles" ["The Funeral"]
  • "Miss poussière d’étoiles" ["Miss Stardust"]
  • "Un cas d’école" ["One for the Books"]
  • "Cycle de survie" ["Pattern for Survival"]
  • "Une tripotée de donzelles" ["A Flourish of Strumpets"]
  • "Le haut et gentil lieu" ["The Splendid Source"]
  • "L’indéracinable" ["Steel"]
  • "J’veux voir le père noël" ["A Visit to Santa Claus"]
  • "Les enfants de Noah" ["The Children of Noah"]
  • "L’homme des jours de fête" ["The Holiday Man"]
  • "Lemmings" ["Lemmings"]
  • "Jours disparus" ["Old Haunts"]
  • "Le distributeur" ["The Distributor"]
  • "Au bord du précipice" ["The Edge"]
  • "Une surprise de taille" ["Big Surprise"]

- Nouvelles - Tome 3/1959-2003

  • "L’horreur rampante" ["The Creeping Terror"]
  • "Date limite" ["Deadline"]
  • "Mantage" ["Mantage"]
  • "Les vampires n’existent pas" ["No Such Thing as a Vampire"]
  • "Les grillons" ["Crickets"]
  • "Le jour du jugement" ["Day of Reckoning“]
  • "Premier anniversaire" ["First Anniversary"]
  • "Le pays de l’ombre" ["From Shadowed Places“]
  • "Cauchemar à 6000 mètres" ["Nightmare at 20 000 Feet"]
  • "Le langage des mains" ["Finger Prints"]
  • "Je suis là à attendre" ["And Now, I’m Waiting"]
  • "Erreur de tir" ["Blunder Bliss"]
  • "Les inséparables" ["Getting Together"]
  • "Les visages de Julie" ["The Likeness of Julie"]
  • "Sans paroles" ["Mute"]
  • "Deus ex machina" ["Deus ex Machina"]
  • "La fille de mes rêves" ["Gril of My Dreams"]
  • "La machine à jazz" ["The Jazz Machine"]
  • "Onde de choc" ["Shock Wave"]
  • "Les temps sont mous" ["Tis the Season to Be Jelly"]
  • "La multiplication des deniers" ["Interest"]
  • "Mon royaume pour un verre d’eau" ["A Drink of Water"]
  • "Thérèse" ["Needle in the Heart"]
  • "Proie" ["Prey"]
  • "Le signe du lion" ["Leo Rising"]
  • "Le jeu du bouton" ["Button, Button"]
  • "Ombres et silhouettes" ["Come Fygures, Come Shadows"]
  • "Uniquement sur rendez-vous" ["By appointment Only“]
  • "La touche finale" ["The Finishing Touches"]
  • "Jusqu’à ce que la mort nous sépare" ["Til Death Do Us Part“]
  • "La presque-disparue" ["The Near Departed"]
  • "Talents cachés" ["Buried Talents"]
  • "Duel" ["Duel“]
  • "La consultation de quatorze heures" ["Two O’clock Session"]
  • "Du vent, sale mouche !" ["Shoofly"]
  • "Messages personnels" ["Person to Person"]
  • "Miroir, miroir" ["Mirror, Mirror"]
  • "Dans la douleur" ["And in Sorrow"]
  • "Tout n’est que silence" ["All and Only Silence"]
  • "Le prisonnier [The Prisoner]
  • "Coup de fil de l’autre côté de la rue" ["Phone call from Across The Street"]
  • "Voyons si vous vous souvenez de lui" ["Maybe you Remember Him"]
  • "Reliques" ["Relics"]
  • "Toujours devant ta voix" ["Always Before your Voice"]


Lire la critique

COMMANDER

Je suis une légende de Richard Matheson

[I am Legend , 1954]

Une épidémie étrange et terrible a frappé l’humanité entière : les hommes sont devenus des vampires. Morts, ils s’extraient de leurs tombes en quête de sang...
Barricadé chaque nuit dans sa maison, Robert Neville tente, dès que le soleil est levé, de comprendre ce qui s’est passé... et de survivre.
Est-il le dernier homme sur Terre ?

Un grand classique de l’horreur par le maître Richard Matheson.

 

Lire la critique

COMMANDER

Légendes de la nuit de Richard Matheson

OMNIBUS DE QUATRE ROMANS

Légendes de la nuit est un "monibus" compilant quatre romans de Richard Matheson, auteur américain culte à qui l’on doit quantité de nouvelles, romans et autres scénarios [ciné et télé] dans les domaines du fantastique et de l’horreur - l’ensemble forme un panorama assez juste de la vie littéraire de l’auteur.

 

Mr.C