EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Dans l’Hexagone, on a découvert Ian McDonald en 1989 avec Desolation Road, premier roman pour lequel d’aucuns ont évoqué Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez et Chroniques martiennes de Ray Bradbury. Peut-être conviendrait-il d’ajouter aussi Cordwainer Smith.

Vingt années plus tard, après une longue éclipse en francophonie, Ian McDonald nous revient avec Roi du matin, Reine du jour, portrait de trois femmes et de la terre d’Irlande agrémenté d’un voyage au pays des mythes. Un livre assez ancien suivi par deux parutions plus récentes : Brasyl chez Bragelonne, puis Le Fleuve des dieux dans la collection Lunes d’encre. Deux romans post-cyberpunks dont la particularité est de s’ouvrir sur les cultures des puissances émergentes.


ÉTRANGER DANS SON PAYS

Né en 1960 à Manchester, de père écossais et de mère irlandaise, Ian McDonald n’a finalement connu que la terre natale de sa mère, plus précisément Belfast, où sa famille émigre dès 1965. À cette époque, l’Irlande du Nord est ensanglantée par les tensions ethniques et religieuses qui déboucheront sur le « Bloody Sunday » et l’échec du Mouvement pour les droits civiques. Ceci explique sans doute que l’on trouve dans ses textes de nombreux emprunts au conflit nord-irlandais. De son propre aveu, trois romans dénotent de cette imprégnation : Roi du matin, reine du jour, Hearts, Hands and Voices (aka The Broken Land aux États-Unis) et Sacrifice of Fools.

Fan de science-fiction, via la télévision, Ian McDonald attrape le virus de l’écriture vers 9 ans. Après bien des efforts, il vend en 1982 son premier texte, The Island of the Dead (au sommaire du recueil État de rêve), à la revue Extro. Puis dès 1987, il écrit à plein temps.
L’auteur a travaillé aussi comme consultant à la télévision nord-irlandaise, contribuant notamment à quelques scénarios de la série pour enfants Sesame Tree, co-produite par la BBC et Sesame Workshop.
Actuellement, il habite toujours à Belfast.

UNE ŒUVRE COSMOPOLITE

Styliste impressionnant, Ian McDonald est l’auteur d’une œuvre foisonnante se déployant dans les futurs proche et lointain. En effet, à l’exception de Out on Blue Six, une dystopie rappelant par certains côtés le cycle de La Cité impeccable de Jeffrey Ford, et du roman graphique Klick Klang Klatch, la bibliographie de l’auteur britannique semble se cantonner au champ de l’anticipation et du post-cyberpunk.
Se considérant comme un marginal en terre nord-irlandaise, de surcroît dans un territoire marqué à ses yeux par la colonisation et ses conséquences, Ian McDonald met souvent en scène dans ses textes des marginaux et des civilisations issues du tiers-monde.

En proie aux transformations provoquées par la mondialisation et les technosciences, en particulier les nanotechnologies et les biotechnologies, ces sociétés traditionnelles non-occidentales se voient contraintes de s’adapter pour le meilleur comme pour le pire. On visite ainsi le Brésil (Brasyl), le Kenya (Chaga Saga), l’Inde (The River of Gods et Cyberabad Days) et plus récemment la Turquie (The Dervish House) par le biais d’une multitude de destins individuels ou de trames temporelles différentes, procédé narratif courant chez l’auteur.

Souvent baroques, les histoires de Ian McDonald se caractérisent aussi par leur regard critique, l’auteur n’hésitant pas à faire œuvre de satiriste.


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE :


  • « The Catharine Wheel » (« Our Lady of Tharsis »)
    (1984, nouvelle au sommaire de État de rêves)
  • Desolation Road (1988)
  • The Luncheonette of Lost Dreams (1992)
  • Ares Express (2001)
    Alors que Desolation Road se focalise sur l’évolution d’une ville fondée dans le désert martien, Ares Express adopte un point de vue plus transversal. Après sa terraformation, la planète rouge est traversée par des voies ferrées où circulent des trains gigantesques. Catherine de Tharsis est un de ces mastodontes, habité depuis des générations par la famille de Sweetness Octave Glorious Honeybun Asiim. Lorsque ses parents cherchent à le marier contre sa volonté, celui-ci s’échappe, poursuivi par sa grand-mère. Commence alors une course-poursuite, jalonnée de rencontres bizarres.
  • Necroville aka Terminal Café (1994)
  • Chaga aka Evolution’s Shore (1995)
  • Kirinya (1998)
  • Tendeléo’s Story (2000)
    Inspiré de la nouvelle Toward Kilimanjaro, Chaga nous emmène sur Terre. Suite à la chute d’un météore, une plante étrangère colonise le sol africain. Elle modifie l’écosystème radicalement et bientôt le mode de vie des Africains. Difficile de ne pas voir dans cette invasion extra-terrestre une métaphore de la colonisation. Condamnés à disparaître ou à se transformer, les Africains font finalement le choix de la symbiose, une option d’autant plus salutaire qu’elle les guérit du sida par la même occasion. Ian McDonald approfondi son univers avec Kirinya et la nouvelle « Tendeléo’s Story », texte figurant au sommaire de l’anthologie Faux rêveur. Une opportunité pour affiner sa critique des relations entre l’Afrique et l’Occident, tout en se livrant à des descriptions extravagantes de la nouvelle écologie.
  • Sacrifice of Fools (1996)
    Les Shians ont débarqué sur Terre. Contre quelques transferts technologiques, ils ont obtenu le droit de vivre dans des enclaves. L’ex-criminel Andy Gillespie s’est reconverti comme agent de liaison avec les extraterrestres. Un travail sans accroc jusqu’au jour où on l’accuse de l’assassinat de cinq Shians. Avec l’aide d’un autre extraterrestre, il enquête pour prouver son innocence.
    Sur le thème ultra-classique du premier contact, Ian McDonald brode une sorte de roman procédural mâtiné de thématiques assez proches de celles d’Ursula Le Guin. Pour qui désire se faire une idée, signalons « Frooks », nouvelle s’inscrivant dans l’univers du roman et dont on peut lire la traduction soit dans la défunte revue CyberDream, soit dans le quatrième volume de l’histoire de la science-fiction de Jacques Sadoul (collection Librio).
  • River of Gods (2004)
  • Cyberabad Days (2009)
    Retour dans l’Inde de 2047. En sept histoires, Ian McDonald immerge à nouveau le lecteur dans un sous-continent balkanisé où les nouveaux dieux issus des technosciences côtoient les rites ancestraux. À noter que ce recueil pourrait faire l’objet d’une traduction en France.


Lire la critique

COMMANDER

Le Fleuve des dieux de Ian McDonald

(River of Gods, 2004)

2047. Année périlleuse pour un sous-continent indien désormais balkanisé. Tiraillé par les ancestrales tensions sociales, ethniques et religieuses, en proie à la rapacité politique et économique, la terre de Gandhi est au bord de l’implosion. Les dieux eux-mêmes ont déserté les rives d’un Gange dont les eaux déclinent depuis trois années, asséchés par l’absence de mousson et l’incurie des hommes.

 

Lire la critique

COMMANDER

Brasyl de Ian McDonald

[Brasyl, 2007]

À notre époque, à Rio de Janeiro, Marcelina, productrice d’une émission de téléréalité, devient la cible d’une conspiration séculaire.
En 1732, dans la forêt amazonienne, un aventureux missionnaire jésuite,pourchasse un prêtre sanguinaire qui fait régner la terreur.
En 2032, à São Paulo, un jeune homme rêve de sortir de sa favela sordide, tandis qu’arrivent sur le marché noir les technologies quantiques.
Trois époques, trois histoires, trois Brésil. Une même énigme.

 

Lire la critique

COMMANDER

État de rêve de Ian McDonald

[Empire dreams, 1988]

Un an à peine après Desolation Road, « Ailleurs et Demain » continue sa mise en lumière de Ian McDonald à travers un recueil de nouvelles.
État de rêve déploie une palette d’ambiances et d’idées très diversifiée qui donne un excellent aperçu de l’originalité de son auteur.

 

Lire la critique

COMMANDER

Desolation Road de Ian McDonald

[Desolation Road, 1998]

Sur une Mars en cours de terraformation, un scientifique rejeté par sa communauté — le professeur Alimantado — échoue dans le grand désert martien. Il y rencontre un être vert fantomatique qui le nargue en prétendant se déplacer aussi facilement dans le temps que lui dans l’espace. cette quête du voyage dans le temps est justement l’unique obsession du professeur Alimantado...

 

Lire la critique

COMMANDER

Nécroville de Ian McDonald

« La première chose offerte par la nanotechnologie est la résurrection des morts. »
Corollaire de Tesler.

Quarante ans après la mise au point de ce miracle, les ressuscités constituent une classe sociale à part entière. Assujettis à la multinationale Tesler qui leur a permis de revenir à la vie, ils sont devenus la main d’œuvre du monde des vivants. Parqués dans le ghetto de leurs nécropoles, les morts attendent leur heure.

 

Lire la critique

COMMANDER

Roi du matin, reine du jour de Ian McDonald

[King of Morning, Queen of Day, 1991]

Trois générations de femmes irlandaises, folles pour certains, sorcières pour d’autres.
La première fréquente les lutins des bois quand son père, astronome, essaie de communiquer avec des extraterrestres. La deuxième, Dublinoise mythomane, se réfugie dans ses mensonges parce que la vérité est sans doute trop dure à supporter. Quant à la troisième, katana à la main, elle mène un combat secret contre des monstres venus d’on ne sait où...

 

Ubik