EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 15/10/2007

« Mickey Monster » de BRETIN & BONZON

ED. BALEINE / CLUB VAN HELSING, SEPTEMBRE 2007

Par Ubik

Chronique test, deuxième épisode. C’est vaguement intrigué que j’ai entamé « Mickey Monster », nouvelle aventure du Club Van Helsing. C’est aussi avec une certaine inquiétude, je dois le reconnaître après la demi-déception de « Délires d’orphée ». Des deux auteurs, je ne connaissais que Denis BRETIN dont le roman « Le Mort-Homme » m’avait impressionné malgré un manque de cohérence de l’intrigue. Mes craintes n’ont pas duré longtemps face à une histoire en forme de véritable orgie gore à hurler de rire, de préférence une nuit de pleine lune.


Pour ceux qui ne les connaîtraient pas, Denis BRETIN et Laurent BONZON forment un duo qui est l’auteur de trois romans policiers flirtant avec le fantastique, La Servante du Seigneur [1998], Le Nécrographe [2001] et Malo Mori [2004]. Ils ont également publié le premier volume d’une trilogie en forme d’écolo-thriller, Eden, complex 1.
Conviés à l’aventure CVH, Denis BRETIN et Laurent BONZON se sont sans doute beaucoup amusés à écrire à quatre mains ce court roman.

Affirmons d’emblée que leur amusement est largement communicatif.
« Mickey Monster » est moins bien écrit que les Délires d’Orphée de Catherine DUFOUR. Sur ce point, la lecture des deux textes, l’un après l’autre, ne laisse pas planer aucun doute. Fort heureusement, les deux auteurs compensent largement cette faiblesse par la fougue de leur prose et la démesure de leur récit. Celui-ci remplit pleinement le contrat fixé par le CVH.

« Mickey Monster » est un déchaînement horrifique d’hémoglobine, d’éviscérations, d’énucléations et autres décapitations qui puise allègrement son inspiration dans la sous-culture télévisuelle et cinématographique, tendance série-Z.
L’ouvrage aligne les victimes avec une joyeuse énergie qui force l’admiration et génère l’hilarité. C’est crétin mais génial et on en redemande [à la différence des « Dossiers Dresden » où là, c’est crétin tout court].
Pour une fois le chasseur n’est pas membre du club très secret de Hugo Van Helsing. En fait, Roger MacOrman est un self made man étatsunien, inventeur et vendeur de l’indispensable Machine à Mickey™. Dans son monde, il ne fait aucun doute que la bannière étoilée est appelée à flotter dans un ciel d’azur sur un Wonderful World... it’s a Wonderful World...tralala-lala...
Mais voilà, la vie de Roger a été bouleversé un soir d’été alors qu’il cherchait un raccourci qu’il n’a jamais trouvé...

Il embarque donc, sans le savoir, dans son coffre et ramène at home [bientôt son ultime at home...], une créature abominable : le blob. Très rapidement, le voisinage se dépeuple de ses chats, chiens, vieilles dames et autres animaux de compagnie.
Puis, c’est l’apocalypse.
Les égouts débordent d’une eau nauséabonde, l’odeur de pourriture et de vase se répand dans tout le quartier et dans un crescendo macabre les habitants se font dévorer, de manière très imagée, les uns après les autres. Heureusement Roger a une arme secrète : la Machine à Mickey™ - mais le blob est une créature très attachante...


COMMANDER

Vous l’aurez compris si vous souhaitez tenter l’expérience CVH, « Mickey Monster » est à ne pas louper.

Si la curiosité vous étreint, « Délires d’Orphée » de Catherine DUFOUR et « Question de mort » de Johan HELIOT sont également tout à fait recommandables.


> VOIR L’AVIS D’ACTU SF