EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

 
 
Publié le 18/05/2010

Mini-soon, des histoires de futur

ÉD. SYROS / MINI-SOON, JANVIER 2010

Par MeTaL_PoU

Avec les collections « mini-syros paroles de conteurs » et « mini-syros policier », la maison d’édition Syros défend le format court, au travers de textes percutants et peu onéreux à destination des jeune lecteurs. Denis Guiot, directeur de la collection « Soon » a puisé dans son réservoir d’auteurs et propose la petite sœur de la collection pour adolescents, « mini-soon ». Ces six textes d’une quarantaine de pages, destinés aux 8-10 ans, revisitent des thématiques classiques comme le voyage dans le temps, les mutations génétiques, ou l’exploration spatiale.


Dans ces petits formats, la qualité du texte se mesure souvent à celle de ses dernières phrases. Malheureusement, les lecteurs d’Ange et de Carina Rozenfeld resteront probablement sur leur faim. Dans Le Très Grand Vaisseau, Guillaume vit dans un vaisseau spatial parti depuis des siècles à la recherche d’une nouvelle planète à coloniser. Les règles y sont simples : ne pas remettre en question l’organisation, ne jamais monter à l’étage des pilotes. Quand la nourriture vient à manquer, Guillaume s’interroge et décide d’enfreindre les règles. Anne et Gérard Guéro développent un univers fascinant et renvoient le lecteur à la nécessité de la rébellion face à l’ordre établi. La fin tombe malheureusement à plat...

Quant à Carina Rozenfeld, À la poursuite des Humutes commence par des images fortes et une certaine tension. Son héros, Tommy devine une excroissance à l’arrière de son cou. Cela ne signifie qu’une seule chose : il fait partie des Humutes, ces mutants au pouvoirs étranges. Ceux-là mêmes qu’il voit tous les soirs à la télévision, enfermés dans de grandes prisons. Carina Rozenfeld se débarrasse de son histoire de façon étrange et décalée, comme si le noir du sujet nécessitait une fin gentillette, et donc complètement hors-sujet. Là encore, l’univers est intéressant, la fin décevante.

Plus connue pour ses romans policiers, Claire Gratias nous sert le texte le moins réussi. Dans Opération Maurice, Noé, un bon élève, veut tuer le poisson rouge apporté dans la classe par son ennemi. Soudain se matérialise un homme : Noé adulte, venu du futur, pour avertir le garçon des conséquences de ses actes. A partir d’une utilisation du voyage dans le temps convenue, et d’une réflexion autour de la responsabilité qui aurait mérité plus d’ampleur, Claire Gratias ne reste qu’en surface.

Eric Simard écrit deux histoires de rentrées scolaires totalement différentes, toutes deux très réussies. Robot mais pas trop, variation humoristique autour de la différence entre androïde et humain, entretient une certaine tension entre humour et réflexion... Dans L’Enfaon, un nouveau arrive dans l’école de Leïla. On lui a injecté des gènes de cerf suite à une grave maladie. Leïla tombe immédiatement amoureuse de cet individu délicat et rêveur, fasciné par la forêt et ayant des difficultés à s’intégrer. Eric Simard fait ici preuve d’une belle sensibilité. Ce texte émouvant prend aux tripes et constitue un bel éloge de la différence.

Jeanne-A. Debats saisit la voix de SkEye001, L’Enfant-satellite, créé pour la guerre. Il a pour mission de repérer les ennemis, comme cette petite fille, Fathia, fuyant dans le désert à la suite de la mort de sa famille. Peu à peu, un basculement a lieu, SkEye001 s’attache à la fillette, et découvre ce qu’humanité et libre-arbitre signifient. Un monologue intelligent et marquant.


Au final, malgré quelques textes qui pèchent sur la fin, « mini-soon » atteint son but. Ces six petits livres accessibles mènent le jeune lecteur dans une science-fiction, certes classique dans ses thèmes, mais bien menée et qui, surtout, crée ce que la science-fiction sait le mieux faire : une réflexion sur la place de chacun dans le présent. Des petites pierres intelligentes sur le chemin de lecteurs qui deviendront grands.