EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 21/06/2005

« Mozart en verres miroirs », anthologie réunie par Bruce STERLING

[« Mirrorshades », 1986]

1ERE ED. DENOËL / PDF, 1987 - REED. FOLIO SF, 2001

Par Mr.C

Anthologie mythique et fondatrice du mouvement cyberpunk, « Mozart en verres miroirs » est un recueil de douze nouvelles très différentes dont le point commun est moins une pseudo obsession pour les technologies du futur qu’une formidable audace imaginative.


AU SOMMAIRE DU RECUEIL :

  • Préface de Bruce STERLING
  • « Le continuum Gernsback » de William GIBSON
  • « Des yeux de serpent » de Tom MADDOX
  • « Rock toujours » de Pat CADIGAN
  • « Les mésaventures de Houdini » de Rudy RUCKER
  • « Les 400 » de Marc LAIDLAW
  • « Solstice » de James Patrick KELLY
  • « Petra » de Greg BEAR
  • « Le jour où des voix humaines nous éveilleront » de Lewis SHINER
  • « Freezone » de John SHIRLEY
  • « Pierre vit » de Paul DI FILIPPO
  • « Etoile rouge, orbite gelée » de Bruce STERLING et William GIBSON
  • « Mozart en verres miroirs » de Bruce STERLING et Lewis SHINER

Si vous êtes persuadés que le cyberpunk, c’est réalité virtuelle à tous les étages, connexions neuronales obligatoires et plongée dans le cyberespace, vous avez tout faux. Le cyberpunk c’est bien plus que ça, et ce recueil est là pour le démontrer.

Comme l’indique Bruce STERLING en préface, le cyberpunk, c’est avant tout une génération d’auteur de SF née dans les années 80 et décidé à dépasser l’horizon habituel du genre. Il a eu ses précurseurs [J.G. BALLARD, Michael MOORCOCK, Brian ALDISS], ce qui ne l’empêche pas d’avoir une longueur d’avance sur la SF de son temps. Parce qu’il est branché sur le rééel, sur la pop-culture, sur l’underground, et sur une recherche formelle que les puristes du sens of wonder ont tendance à négliger et qui va naturellement vers davantage de vitesse et d’information.

On passe donc en cinquième avec quelques nouvelles qui accélèrent la prose à plaisir : Tom MADDOX ou Pat CADIGAN s’y entendent pour lacérer les dialogues et foncer tête baissée dans des univers trash où les technologies ne mènent pas toujours au paradis.
Rudy RUCKER, sans faiblir, fait davantage dans l’ironie en malmenant un Houdini inssaisissable. Et Marc LAIDLAW imagine une sorte d’ Akira survolté qui pourrait bien vous donner des cauchemars. Tout est dans l’efficacité.
Plus ambitieux, moins rentre dedans, J.P. KELLY rêve de Stonehenge, tout comme William GIBSON ouvrait le recueil par un mélancolique mirage de rétro-futur.

Si la nouvelle de Lewis SHINER, Le jour où des voix humaines nous éveilleront, est un peu en-dessous du lot, trois autres nouvelles légitiment à elles-seules la lecture du recueil : d’abord le maginifique Petra de Greg BEAR, univers post-cataclismique réduit à la taille d’une cathédrale de pierres vivantes, à la fois poétique et attachant. Ensuite Freezone de John SHIRLEY, très crédible variation sur le thème sexe, drogue et rock’n’roll. Puis Pierre vit de Paul DI FILIPPO, découverte d’un héritage maudit pour un jeune aveugle des bas-fonds.

Cela aurait pu suffire à faire de Mozart en verres miroir un excellent recueil. Et c’est en bonus qu’on s’embarque sur la station orbitale déglinguée de STERLING & GIBSON, ou dans le délirant voyage temporel imaginé par STERLING & SHINER pour la nouvelle éponyme finale, un texte qui prend l’exact contrepied des contraintes habituelles imposées aux "voyageurs imprudents" dans le tunnel du temps, pour un résultat trashicomique [ouais, j’avais envie d’inventer le mot] et jubilatoire.


COMMANDER

Ce recueil, qui appartient quasiment déjà à l’Histoire du genre, fera un bien énorme à tous ceux qui lisent de la SF depuis longtemps et désespèrent parfois de la voir aller au-delà de ses thèmes de prédilection.

Pop, trash, et légèrement dingue, il est un must que je conseille à tous.