EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Première publication le 20/06/2000
Publié le 26/05/2010

Neverwhere de Neil Gaiman

[Neverwhere, 1996]

1ERE ED. J’AI LU / MILLENAIRES, 1998
REED. POCHE et AU DIABLE VAUVERT, MAI 20010

Par Mr.C

La vie de Richard Mayhew bascule le jour où il rencontre une étrange jeune fille blessée poursuivie par deux tueurs d’un autre âge : il appartient maintenant au "Londres d’En Dessous", un monde baroque et cruel, caché sous la Cité, dans les égouts et le métro, et où l’on croise des Comtes, des Monstres, des Rats qui parlent et des Anges...

La seule issue pour Richard consiste à suivre la jeune fille, Porte, dans sa quête des assassins de son père...


Fantastiquement drôle.

Ce qui est le plus attachant dans ce roman, c’est l’humour dont l’auteur fait preuve aux travers des pérégrinations de Richard. Car il faut le souligner, le texte est parfois hilarant, grâce notamment aux répliques d’un héros parfois perdu dans des situations burlesques. Comment réagir si l’on découvre du jour au lendemain qu’il existe un autre monde que le nôtre (le monde d’En haut), un monde ou l’on rencontre des licornes, des monstres, des anges, des charmeurs de rats et où le commerce se fait uniquement par le truchement de troc — un mouchoir peut être de grand secours !

Culture punk.

Tout cet univers est très underground. Les sieurs Vandermar et Croup sont tout droits sortis d’un bande dessinée. Croup fait penser à un croisement entre The Crow et Beetlejuice. D’ailleurs, on pourrait définir cet univers comme celui de The Crow, avec un zeste de magie.

Télévisuel.

On sent par ailleurs que ce roman est avant tout visuel — il est possible que l’auteur ait voulu un texte adaptable au cinéma, ce qui serait, on l’imagine très bien, assez facile.
Enfin, de nombreuses bonnes idées émaillent l’histoire, comme l’origine des stations de métros. Les méchants sont délibérément caricaturaux et l’héroïne... eh bien Richard, qu’est ce que tu attends ?
Si vous souhaitez passer un bon moment dans le Londres d’en bas de Gaiman, une seule option, lisez Neverwhere.

Extraits :

« Ils étaient vêtus de costumes noirs, légèrement crasseux, légèrement usés, et même Richard, qui se classait au nombre des dyslexiques de la mode, sentit que la coupe en était un peu curieuse. C’était le genre de costumes qu’un tailleur aurait pu façonner deux siècles plus tôt, si on lui avait décrit un costume moderne sans qu’il en ait jamais vu. Les lignes ne tombaient pas juste, les détails non plus. »

Dès le début du récit, Gaiman avoue l’astuce : le Londres d’En Dessous lui a été inspiré par le plan du métro londonien et ses stations aux noms étranges : Earl’s Court [La Cour du Comte], Angel, Knight’s Bridge [le Pont de la Nuit]... en quelques pages voilà que surgissent sous Londres des créatures fantastiques et des lieux magiques.

Les droits cinéma de Neverwhere ont été achetés par Jim Henson Productions, associé à Denise Di Novi, le couple gagnant de Dark Crystal. Gaiman doit en écrire le script.


COMMANDER

On pense à Lewis Carroll, le père d’Alice, jeune fille naïve et curieuse tombée, elle aussi, dans un monde de merveilles souterraines — car l’humour noir et l’absurde sont les règles de l’En Dessous. Même les terribles Vandemar et Croups, démons cruels et névrosés, parlent comme des personnages de contes.

La quête de Richard Mayhew est savoureuse, mais il faut reconnaître que Gaiman est meilleur rêveur qu’auteur : sa plume est imaginative mais classique, et l’on sent bien que Neverwhere fut une série TV avant d’être un roman.