EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 01/02/2003

Nuit de colère de Francis Berthelot

ED. FLAMMARION / IMAGINE, JANV. 2003

Par Daylon

Kantor est un enfant très jeune, mais déjà traumatisé par la vie. Son père était le gourou d’une secte totalement tourné vers le culte de ce dernier. Dans un paroxysme de mysticisme fiévreux, ils se sont tous immolés.

Et Kantor en est le seul survivant.


On suit alors l’évolution de cet écorché vif à travers la fin de son enfance, puis de son adolescence, jusqu’au bord de l’âge adulte. Son amitié naissante avec Octave, son contraire, la glace lorsqu’il est le feu, ainsi qu’avec Iris, la soeur d’Octave, le rayon de lumière de sa vie.

Des personnalités toutes plus tourmentées les unes que les autres qui s’attirent, se repoussent...

Vous l’aurez compris, l’objet premier de Nuit de Colère, c’est l’intimité même des personnages. Une quête introvertie, brutale ou sensuelle, brûlante ou glacée. C’est une analyse très fine à laquelle s’adonne Berthelot : il dépèce l’âme, met en exerbe les forces et les faiblesses de l’humain. A première vue surprenant, le coté fantastique ne sert finalement qu’à faire une métaphore des sentiments qui habitent l’humain. De ce point de vue, Nuit de Colère est très impressionnant.

Mais quelques petits défauts, néanmoins : J’imagine [très] mal des gosses de 6-8 ans parler de la 5ième symphonie de machin dans un français tellement soutenu qu’on le croirait sorti de la bouche d’un académicien. Une manière de parler [et même de philosopher] trop décalée à mon sens. La première partie du livre aurait-du être plus veinale. Cela manque de spontanéité et c’est dommage, car l’univers perd en crédibilité.

Heureusement, ce défaut se remarque beaucoup moins quand ces mêmes personnages deviennent adultes [car au vu de leur bagage culturel, cela semble naturel] mais on comprend aussi l’uniformité dans le temps de leur esprit. Et ce, même si les perversions de chacun s’accentue [ce qui sauve un peu le tout].

Je sais que ce problème m’a un peu gâché la lecture car les idées développées et les questions soulevées par Berthelot sont réllement intéressantes et pas démagogiques pour un sou.


COMMANDER

Bon, mon avis est un peu biaisé, après avoir dévoré plusieurs romans monumentaux, on retourne sur quelque chose, pas forcément mémorable, mais très très très loin d’être moyen non plus. Pas culte, mais agréable.

Bref, une fois que vous aurez lu tous les indispensables, n’hésitez pas à consulter l’oeuvre de Berthelot, c’est un auteur français qui mérite le détour.