EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 19/06/2010

Ordre Noir de Johan Heliot

ÉD. FLEUVE NOIR - MAI 2010

Par paul muad’dib

Johan Heliot a déjà publié une trentaine de romans dont plusieurs uchronies, de la fantasy urbaine et quelques romans jeunesse. Avec Ordre noir, il reste dans le monde de l’uchronie à la manière du Fatherland de Robert Harris. Il livre un récit pour adultes à la fois sombre et fascinant.


Patricia enseigne dans la petite ville paisible de Bowden, en Nouvelle-Angleterre. Comme beaucoup d’habitants, elle passe une partie de son temps au centre commercial, principale attraction du comté. Elle repère un jeune homme à son goût, esseulé, qui lorgne une vitrine. Et tout bascule. Le jeune homme écarte son veston ― laissant apparaître un chapelet de pains de plastic ― et rejoue la partition de la Bombe Humaine. Miraculée, mais en état de choc, Patricia aperçoit un étrange cortège. Des fédéraux menés par un garçon à peine sorti de la pré-adolescence, dont les yeux laissent transparaître un âge bien plus important.

Quelques temps plus tard, tous les journaux attribuent la catastrophe à un tremblement de terre. Atterrée, Patricia est convaincue que le passage de l’enfant sur les lieux n’est pas étranger à la modification de la vérité.

Avocat sur le déclin et alcoolique, Matthiew Weinbaum cuve un matin dans son office sans se rendre compte qu’on l’a cambriolé. Il appelle la police et fait la connaissance de l’officier Bradley, vétéran des forces armées. Cette rencontre le conduit auprès d’un vieux nazi prêt à tout pour obtenir un objet hérité de Meyer Weinbaum, le grand-père de Matthiew. Cet artefact permettrait au vieux tortionnaire et à ses milices de prendre le contrôle de la « maison de l’Architecte » et de changer à jamais le futur de l’humanité.

Matthiew et Patricia se retrouvent tous deux plongés dans le conflit millénaire que livre l’Architecte contre Ordre Noir. Si le premier tente de corriger les dérives de l’histoire, le deuxième renaît sans cesse de ses cendres pour imposer sa noirceur sur le monde.

Uchronie dans laquelle la seconde guerre mondiale n’a jamais eu lieu, Ordre noir part du postulat que les SA de Rohms n’ont jamais été décimés — et le nazisme a triomphé en Europe sans rencontrer d’opposition.

Une lecture simplette des premiers chapitres résumerait le roman à ceci : les gentils juifs contre les méchants nazis. Mais il n’en est rien. La vieille question de la déité est posée dès les premières pages du récit : que ferions-nous si nous avions le pouvoir de changer le cours du temps et la réalité des événements passés ?

La maison de l’Architecte offre la possibilité de changer l’histoire, moyennant un prix élevé en vie humaine. Bienfait ou malheur ? c’est la question posée par Johan Heliot : la mort de Hitler et l’inexistence de la nuit des longs couteaux n’ont rien changé au massacre organisé de la communauté juive européenne. Pire, le régime nazi s’est ensuite implanté au sein de toute l’Europe, imposant sa paix dans la souffrance.

Habilement racontées dans un enchaînement de chapitres chronologiques, judicieusement placés dans l’histoire, les aventures des personnages secondaires sont des plus intéressantes. Ainsi, Avri, vieux guerrier juif de l’an 1970, est le premier à détenir le pouvoir de l’Architecte. Issu d’un lointain passé où la foi était de première importance, il est prêt à tous les sacrifices pour éliminer Ordre Noir de la planète.

Bien qu’associé à Avri dans un premier temps, Meyer Weinbaum met fin à leur collaboration quand il s’aperçoit du penchant « extrémiste » du vieux guerrier. Profondément humaniste, il se retrouve malgré lui impliqué dans une agence gouvernementale de correction historique.

Et Ordre noir, qu’est ce que c’est ?... La personnification des périodes troubles de l’histoire : l’ogre romain, le nazisme, etc.

Johan Heliot maîtrise parfaitement son récit principal — entrecoupé de passages historiques et chronologiques, présentant habilement les secrets de cet univers uchronique. À la lecture de ces chapitres, on devine d’ailleurs un important travail de recherche, notamment sur la genèse de la seconde guerre mondiale.


COMMANDER

Sombre, emprunt de métaphysique et passionnant, autant de termes pour qualifier Ordre noir. Peinture de la lutte incessante entre les forces du bien et du mal, le roman de Johan Heliot fait aussi la part belle à l’action. Peut-on ou doit-on réellement changer le cours de l’histoire au nom d’un avenir plus serein ?