EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Le renouveau britannique


Diplômé en biologie, docteur en botanique, McAULEY a longtemps travaillé comme chercheur universitaire, notamment à Oxford et UCLA. A 20 ans il tenta de vivre de sa plume, mais le magazine américain qui avait accepté sa première nouvelle cessa sa parution avant d’avoir pu la publier !

Echaudé, McAULEY se consacra à ses recherches, et c’est plus récemment qu’il s’est mis pour de bon à écrire, et à ne plus faire que ça d’ailleurs. Ses diplômes en font un auteur ardu, membre de ce qu’on appelle la hard-science fiction : il ne faut pas avoir peur d’affronter quelques explications techniques, sur la réplications de l’ADN par exemple.

Une toute petite partie de ses romans a été traduites en français. Et pas encore son oeuvre la plus connue Outre-Manche, un cycle de space-opera situé dans un avenir très lointain, lancé par le roman "“Four hundred Billions Stars", et poursuivi par "Eternal Light" et "Off the Fall". McAULEY y développe les thèmes des nanotechnologies, des intelligences artificielles, et des réalités virtuelles avec une exactitude toute scientifique.

Ceci dit, attention : les romans de Paul J. McAULEY sont hard-science mais restent des romans tous publics, aux trouvailles étonnantes, salués par toute la presse anglo-saxonne.


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE


- "Féerie" ["Fairyland" - 1995]

Londres, au début du 3ème millénaire. La planète est un désastre écologique, les sans-abris se comptent par millions tandis que les élites bourgeoises vivent par procuration dans des mondes virtuels.

Pour tout arranger, les nanotechnologies ont engendré des robots microscopiques porteurs de germes aux conséquences imprévisibles.

Alex, un pirateur de gènes, croise la route d’un génie inquiétant sous la forme d’une fillette de 12 ans : elle veut libérer les poupées, ces créatures artificielles qui servent d’animaux de compagnie aux riches. Mais ses intentions sont en fait bien plus complexes...

Première impression : c’est la pagaille. Le style est tranché, certaines images sont très belles, mais le récit est cahotique, en particulier dans la deuxième moitié. Les personnages manquent de réalité, ils sont nombreux mais inégalement intéressants, certains disparaissent en cours de route sans crier gare... le personnage principal, Alex, n’est ni attachant ni repoussant, et à vrai dire on se moque un peu de son sort, à regrets.

Enfin l’auteur nous impose de longs passages techniques.

Exemple : "L’interface entre la molécules psychoactive et l’entrelacs de processus métaboliques et ioniques qui sous-tend la conscience est fractale..." [page 49, mais y-en-a plein des comme ça !].

Dommage car les idées originales foisonnent, mixant l’hypertechnicité des mondes virtuels et de la manipulation génétique avec des thèmes de contes d’enfants cruels : les scènes autour des ruines du château merveilleux d’Eurodiney, où sont réfugiées les fées et leurs créatures difformes, sont très fortes.

- "Les Conjurés de Florence" ["Pasquale’s Angels", 1997]

Une enquête policière dans une cité de Florence uchronique où la révolution industrielle a démarré dès la Renaissance.

Vraiment pas indispensable.

- "Les diables blancs" ["White devils", 2003]


SUR LE NET : LE SITE OFFICIEL DE PAUL McAULEY



Lire la critique

COMMANDER

Les diables blancs de Paul J. McAuley

[White Devils, 2003]

Bienvenu dans le jardin d’Eden.
Dans peu de temps la planète sera dépeuplée par la grippe noire et la flore génétiquement modifiée se vengera en contaminant les hommes d’une fièvre plastique aux symptômes monstrueux.

L’Afrique, terre de tous les espoirs et de toutes les misères sera recolonisée par les firmes transnationales sous couvert d’une communication sans faille sur l’aide au développement, à la reconstruction et l’impulsion au commerce équitable et écologique.

 

Lire la critique

COMMANDER

Cowboy angels de Paul McAuley

[Cowboy angels, 2007]

Paul Mcauley deviendrait il un auteur attitré de la collection Ailleurs et Demain ? Cowboy angels est en effet son quatrième ouvrage publié par Gérard Klein. Depuis Les diables blancs parus en 2005 ce romancier propose des thrillers originaux prétextes à une relecture en noir de nos sociétés : OGM, relation entre science et pouvoir, terrorisme ... De quoi renouer avec un genre que l’on croyait perdu depuis Brunner, Spinrad ou le Frank Herbert de La mort blanche.
La déception ressentie à la lecture de Cowboy angels n’en est que plus grande.

 

Lire la critique

COMMANDER

« Une invasion martienne » de Paul McAULEY

[« The secret of life », 2001]

Une invasion martienne est le troisième ouvrage de Paul MCAULEY édité par Gérard KLEIN dans la collection Ailleurs et Demain.
Les deux précédents volumes, Les diables blancs et Glyphes, ayant laissé une très bonne impression, ce dernier opus de l’auteur britannique était attendu avec curiosité. Et les curiosités ne manquent pas en effet : nouvelle maquette, nouvelle couverture, titre remanié, Laffont tenterait-il un coup de poker ?

 

Lire la critique

COMMANDER

« Glyphes » de Paul J. McAULEY

[« Mind’s Eye », 2005]

Paul MacAULEY poursuit son exploration du monde contemporain : « Glyphes » se situe dans la continuité des « Diables blancs », mais après l’Afrique, l’écrivain se tourne vers le Moyen-Orient et plus particulièrement vers l’Irak - une Irak très proche de celle que nous connaissons puisque l’armée américaine vient d’y renverser Saddam Hussein. Nous sommes en 2004.

 

Lire la critique

COMMANDER

"Les conjurés de Florence" de Paul J. McAULEY

["Pasquale’s angel", 1994]

Après « Roma Aeterna » chez Ailleurs et Demain et avant « The separation » chez Lunes d’encre, c’est au tour de Folio SF de publier une uchronie. Pour être totalement exact, il s’agit plutôt d’une réédition suivie d’une nouvelle, intitulée « La tentation du Dr Stein », située dans la même proposition d’Histoire alternative mais chronologiquement avant le récit des conjurés [ pourquoi ne pas commencer par elle alors ? ].

 

Mr.C