Publié le 01/10/2003

« Poussière de lune » de Stephen BAXTER

[« Moonseed », 1998]

ED. J’AI LU / MILLENAIRES, 2003

Par Ubik

Le récit prend pour point de départ ces échantillons de Lune collectés par les astronautes américains, puis conservés et oubliés dans leurs conteneurs.

86047, un bloc lunaire, est confié à l’attention du géologue Henry Meacher, et par un concours de circonstances, quelques fragments de celui-ci sont répandus sur un cône volcanique éteint à Edimbourg. C’est le début d’un enchaînement cataclysmique.


Après Mars, voici le retour de la Lune dans la littérature science-fictive ! Il est vrai que l’astre du soir s’est fait rare ces derniers temps, à la fois dans les missions d’exploration spatiale [il paraît que cela va changer] et dans l’imagination des auteurs de S-F. Il fallait bien ce roman de Stephen BAXTER pour mettre un terme à cet oubli. En effet, dans « Poussière de Lune », BAXTER prend délibérément le parti de la Lune, le premier et le seul astre étranger foulé par l’Humanité, et, depuis délaissé au profit d’autres projets.

Commençant comme un roman catastrophe, « Poussière de Lune » est en fait un ardent plaidoyer pour notre planète jumelle. Reprenant à son compte les résultats d’études sur la Lune, notamment celle concernant l’existence d’eau au pôle sud, BAXTER explore les possibilités d’un retour sur celle-ci.

Ainsi, aucun détail ne nous est épargné concernant l’organisation et les conditions d’un vol à destination de notre proche voisine.

« Poussière de Lune » est aussi un roman passionnant s’inscrivant dans la plus pure tradition de la hard-science. BAXTER manie tour à tour les rudiments techniques et les théories de la géologie, une pincée de nanotechnologie, des bribes de recherche fondamentale [ ici, la théorie des cordes ], quelques hypothèses sur la formation de la Terre et de la Lune pour bâtir un récit qui ouvre des perspectives vertigineuses.

Bien sûr, le tout reste abordable aux profanes.


COMMANDER

Néanmoins, BAXTER étant optimiste ; il a la foi en la science ; ses personnages restent des rêveurs et des êtres fondamentalement positifs.

Donc : « Poussière de Lune » est un roman tout à fait recommandable.

Aparté : Vu le prix de ce livre, les éditions J’ai Lu pourraient embaucher des correcteurs plus efficaces afin d’éviter les trop nombreuses coquilles