EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 03/11/2007

« Quinzinzinzili » de Régis MESSAC

ED. L’ARBRE VENGEUR / L’ALAMBIC, SEPT. 2007

Par Ubik

1935. Une guerre chimique ravage le monde. Seuls rescapés, un homme et une demi-douzaine d’enfants errent dans la Lozère dévastée. L’homme se fait alors le témoin de la renaissance de l’humanité. Il dit comment la horde réinvente la guerre, l’amour et la géométrie. Il raconte comment elle se donne un dieu bizarre et enfantin, une étrange figure du destin : QUINZINZINZILI.


Lorsque est parue en 2006 l’anthologie Chasseurs de chimères, c’est une veine oubliée de la science-fiction qui a été remise à jour. Faisant œuvre d’archéologue, Serge LEHMAN exhumait ainsi les vestiges oubliés d’une littérature de science-fiction française et par-là même, bouleversait bon nombre d’idées reçues sur le genre.
Auparavant pour le commun des mortels, il n’existait point de SFF entre Jules VERNE et BARJAVEL. Seule une poignée d’irréductibles érudits désormais chenus, voire quelques lecteurs pointus de l’ Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction compilée par Pierre VERSINS, ou encore de manière étonnante Didier DAENINCKX pouvaient contredire cette assertion. La réédition longtemps attendue de Quizinzinzili de Régis MESSAC est une nouvelle pierre apportée à la refondation de l’Histoire de la SFF.

Comme beaucoup d’écrivains populaires de son époque, Régis MESSAC était un polygraphe curieux de tout. Grand lecteur de romans policiers - les Detective Novels comme on disait à l’époque - on lui doit notamment un essai fondamental sur le sujet. On lui doit également la création de la collection Les Hypermondes dédiée à l’esprit prospectif, à l’imagination hypothétique, bref tout ce que l’on appelait pas encore couramment science-fiction. On peut dire que MESSAC ne nourrissait pas une grande admiration pour la Grande Littérature, cette littérature qui pose. Son pamphlet A bas le latin ! contribua à le marginaliser davantage dans son milieu. Avec une douloureuse clairvoyance, il ne nourrissait pas non plus une haute estime pour le genre humain. Quinzinzinzili témoigne bien de cet état d’esprit.

On est à mille parsecs de l’esprit américain, ouvert sur les grands espaces intersidéraux et l’aventure ; n’oublions pas que les premiers grands cycles de space opera sont contemporains de ce roman. Celui-ci s’ouvre de la même manière que Malevil de Robert MERLE [En fait, c’est le roman de MERLE qui commence comme Quinzinzinzili pour être historiquement exact].

La deuxième guerre mondiale a fini par embraser le monde. L’extermination, ici causée par un gaz modifiant la composition de l’atmosphère, est totale. Seuls un groupe d’enfants et un adulte ont survécu car ils visitaient un réseau de grottes au moment du cataclysme. Commence alors le récit de « l’après » apocalypse, un récit désespéré, celui d’une régression puis d’une réorganisation sur des bases beaucoup plus pessimistes que le roman de MERLE.
Une histoire noire, rehaussée d’un humour grinçant voire caustique des plus réjouissant. Un récit entaché de doute dès le début car le narrateur, le seul adulte du groupe, n’est plus très sûr ni de sa raison, ni de la réalité des événements.

Moi, Gérard Dumaurier... Ayant écrit ses mots, je doute de leur réalité. Je doute de la réalité de l’être qu’ils désignent : moi-même. Est-ce que j’existe ? Suis-je autre chose qu’un rêve, ou plutôt un cauchemar ? L’explication la plus raisonnable que je puisse trouver à mes pensées, c’est que je suis fou.

Dumaurier est un individu ordinaire. Dans sa vie antérieure, il a su trouver le filon : être désigné précepteur des deux fils d’un riche Lord anglais. Désormais, il témoigne du devenir de cet embryon d’humanité sans Histoire, ou si peu qui doit redémarrer à zéro. La régression est totale et ce ne sont pas les maigres connaissances de Dumaurier qui constituent une base viable à la renaissance de la civilisation.

Maintenant, toute la machinerie a sauté en l’air. Anéanties, les machines. Et l’homme de l’âge des machines est tout ce qu’il y a de plus ignorant des machines. Est-ce moi qui pourrais reconstituer la plus simple des mécaniques qui faisaient jadis marcher ma civilisation ? Non, quoique j’aie pu scander des vers de Virgile et traduit Shakespeare en vers français...

De toute manière, il s’avère très rapidement que le bougre ne manifeste aucune velléité pour s’ériger en tuteur. Il s’en fout littéralement du devenir de cette communauté. Il s’en désintéresse et se cantonne à observer et à écrire. Pour qui ? La question le taraude mais ne l’empêche pourtant pas de continuer.
Le groupe d’enfants va donc naturellement grandir et évoluer en vase clos. Avec leurs propres moyens, c’est-à-dire pas grand-chose, et grâce aux bribes de connaissances en géométrie et en Histoire dont ils se souviennent ; connaissances rapidement perverties par leur pulsions animales.

Sur une durée assez floue - peu d’informations sont dispensées sur ce point - ces quelques spécimens de l’espèce humaine, à peine entrés dans l’adolescence, vont s’organiser, redécouvrir le pouvoir, la coercition, les armes rudimentaires, la superstition, la guerre et s’inventer un langage abâtardi. A leur insu, ils vont régler leur compte à la fois au mythe du bon sauvage, cher à ROUSSEAU, et à l’idée de civilisation. Même l’amour qui bourgeonne dans ces corps emplis de sève et autres fluides vite répandus à l’occasion, n’échappe pas au règlement de compte.
L’unique élément féminin, elle-même décrite comme un véritable remède contre l’amour, use et abuse de son attrait sexuel pour ordonner, faire et défaire autour d’elle ce petit monde pathétique. Tout n’est que farce cruelle aux yeux désabusé de Dumaurier qui s’esclaffe devant le spectacle de cette déconfiture de l’humanité.

Evidemment devant tant de pessimisme, on peut être mortifié surtout si on se trouve dans un état d’esprit optimiste. Pourtant, le roman ne franchit pas le cap du nihilisme absolu. Il offre un miroir dans lequel l’humanité peut se reconnaître dans toute sa stupide bassesse et étroitesse d’esprit.
A la décharge de MESSAC, rappelons quand même que le roman date de 1935, époque pendant laquelle les utopies affichaient leurs sinistres figures et où s’amoncelaient sur le monde les nuages du conflit mondial à venir. Il faut convenir qu’il y a là de quoi tempérer les élans d’exubérance du plus sincère optimiste. Bref, pour le lecteur qui lit ce roman près de 72 années plus tard, Quinzinzinzili demeure le cri d’alarme d’une étonnante modernité d’un pacifiste convaincu, d’un homme juste qui finalement n’a pas été entendu.

Oh, et puis...
Qu’est-ce que ça peut me faire ?
M’en fous. Quinzinzinzili !
Quinzinzinzili !


COMMANDER

A l’heure de la redécouverte de la SFF, Quinzinzinzili est donc une lecture essentielle. Louons l’initiative de la Société des amis de Régis MESSAC.
Louons aussi la très grande qualité de cette réédition, dotée de surcroît d’une préface et de documents annexes dont une bibliographie indicative très détaillée.

Signalons enfin que d’autres rééditions de l’œuvre de l’auteur semblent à l’étude.