EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Auteur de plus de 1200 romans, nouvelles, essais et autres short stories, Robert SILVERBERG est sans aucun doute l’auteur le plus lourd de la SF ! Et si sa plume facile l’a entraîné à écrire parfois à des fins purement alimentaires, il est aussi l’auteur d’une bonne dizaine de romans devenus des classiques du genre, d’un nombre impressionnant de nouvelles excellentes, et d’un cycle célèbre dans le monde entier, le "Cycle de Majipoor".


Prolifique Robert !

Robert SILVERBERG démarra très tôt et très fort : il a publié sa première nouvelle à 18 ans et reçu à 20 ans le prix Hugo de l’auteur le plus prometteur [personne d’aussi jeune n’a jamais remporté ce prix, avant ou après lui.]

Dans la première partie de sa carrière, il innonde les magazines de quantités de nouvelles - assez commerciales. Il publie tellement qu’il est obligé de prendre quantité de pesudonymes : on lui connait plus de 25 noms de plume différents !

Une nouvelle par jour...

On raconte qu’à l’époque il était capable de pondre une nouvelle en une journée, sur le thème commandé et de la longueur souhaitée par l’éditeur. Entre 1957 et 1959, il écrit ainsi plus de 220 textes courts et 11 romans, presque tous republiés ensuite... Pourtant, lassé et frustré par la mauvaise qualité générale de ses écrits, il annonce en 1959 qu’il se retire de la Science-Fiction.

C’est Frederik POHL, alors rédac-chef du magazine Galaxy, qui réussit à le convaincre qu’une SF plus littéraire peut trouver son public...

Une deuxième carrière s’ouvre, pendant laquelle SILVERBERG oublie les poncifs de la SF, les clichés des monstres de l’espace, les happy-end obligatoires. Il devient introspectif, prête attention à la psychologie de ces personnages, adopte un ton pessimiste, plus personnel.

Durant cette période, qui couvre toutes les années 70, il écrit plusieurs chef-d’oeuvres, des drames humains dans des mondes aussi effrayants que l’intérieur d’une cerveau névrosé : des personnages coincés, qui cherchent une issue malgré l’incompréhension des autres. Citons les plus connus : "L’homme dans le labyrinthe", "L’oreille interne", "Les monades urbaines" ou "Les ailes de la nuit"... Autant de chef-d’oeuvres qui appartiennent aujourd’hui à l’Histoire de la Science-Fiction.

Un petit tour... et puis revient

En 1973, il se lasse à nouveau du monde de l’édition, ses romans lui demandent trop d’effort, l’inspiration n’est plus là... En 1978, pour la deuxième fois de sa carrière, SILVERBERG annonce son intention de se retirer de la SF...

Quatre ans plus tard, il se lance avec la "Trilogie de Majipoor", dans une nouvelle série où l’on retrouve sa finesse d’esprit et son originalité, au service d’un univers fantasmagorique. Il imagine un royaume complexe, régi par le rêve et le souvenir, à mi-chemin entre le space-opera et la fantasy.

Sans doute poussé par le succès, il a, plus récemment, donné à ce Cycle un quatrième, un cinquième et un sixième tomes... Enfin, il a en 2004 publié une uchronie étonnante, "Roma AEterna", située dans un univers où la l’Empire romain n’a jamais décliné.

Robert SILVERBEG vit aujourd’hui à San Francisco, et il continue d’écrire tous les jours...


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE



-  "Les monades urbaines" ["The World Inside", 1971]

Nous sommes en 2381. Dans des tours de 1000 étages qui abritent chacune un million d’habitants, l’Humanité n’a plus qu’un but : se multiplier toujours davantage. La vie des 70 milliards d’individus est régie par des lois étranges qui encourage... la reproduction. Aucune propriété, aucune intimité, aucun liens familiaux... l’oisiveté totale, et l’interditcion morale de refuser un rapport sexuel à qui que ce soit...

"Le bonheur règne sur Terre. Qui en doute est malade. Qui est malade est soigné. Qui est incurable est exécuté."

Des hommes et des femmes cherchent pourtant à s’échapper du système.

Sans doute l’un des plus beaux textes sur le thème de la surpopulation. La trame est classique [un homme, seul, se rebelle contre le système, et nous découvrons tout à travers ses yeux] mais la description de cet univers terriblement inhumain est très réaliste, inventive, effrayante...


- "L’homme dans le labyrinthe" ["The Man in the Maze", 1969]

Depuis des années, MULLER vit volontairement en hermite, reclu dans un immense et dangereux labyrinthe dont il connaît tous les recoins. Un autre homme a pour mission de venir le chercher.

A partir d’un scénario de base ardu, SILVERBERG arrive à construire un récit riche en rebondissement, où la psychologie des deux personnages qui s’affrontent crée autant de tension que les multiples chausses-trappes du labyrinthe piégé.


-  "L’oreille interne" ["Dying Inside", 1972]

David SELIG est un mutant. Personne ne le sait, mais il entend les pensées, toutes les pensées des gens qui l’entourent. Pourtant, loin de faire de lui un surhomme, ce don qu’il a gardé secret lui pèse... Jusqu’au jour où il s’aperçoit que son pouvoir disparaît progressivement...

Peut-être le roman le plus humain de SILVERBERG. Car ici, le don de télépathie n’est pas un pouvoir surnaturel et mystérieux, SELIG n’est pas un super-héros. Cf. la critique en bas de page


-  "Les ailes de la nuit" ["Nightwings", 1968]

L’Humanité, trop sûre d’elle, a détruit l’écosystème et ravagé la planète. Elle survit péniblement, dans la crainte de l’invasion promise par des extra-terrestres autrefois humiliés.Les Guetteurs sont une corporation de métier qui à pour tâche de surveiller l’espace, à l’affût des premiers vaisseaux envahisseurs, pour donner l’alerte. L’un d’eux, en voyage à Roum, en compagnie de mutants amis, a passé sa vie à les attendre. Un jour, ils arrivent...

Une oeuvre étrange au ton nostalgique : des mutants aux ailes de papillons, un empereur déchu, des pierres aux pouvoirs peu naturels...on est dans un monde plus magique que futuriste, en dehors du temps. Plus qu’une aventure, l’histoire du Guetteur est une quête d’une grande poésie, et malgrè la tristesse ambiante, le récit s’achève sur un bel espoir. Une oeuvre à part chez SILVERBERG.


Le Cycle de Majipoor

ED. ROBERT LAFFONT / AILLEURS & DEMAIN - REED. J’AI LU / SF

  • "Le château de Lord Valentin" ["Lord’s Valentine Castle", 1980]

Valentin est un vagabond. Il porte le même nom que Lord Valentin, celui qui, avec le Pontife, règne sur l’immense monde de Majipoor . Amnésique, il erre avec une troupe de jongleurs à quatre bras, des Skandars. Il croit se souvenir pourtant qu’il est le vrai Coronal et que son esprit a été transféré dans ce corps par un usurpateur. Carabella, la jongleuse le croit. Valentin mène alors sa petite troupe à travers les trois continents de Majipoor, à la quête de sa véritable identité... 

  • "Chroniques de Majipoor" ["Majipoor Chronicles", 1982]

Des milliards d’êtres étranges cohabitent sur la planète Majipoor... Skandras, Humains, Hjorts, Métamorphos et Vroons... Hissune travaille au Registre des Ames où l’on conserve les souvenirs enregistrés de millions d’habitants depuis des milliers d’années. De souvenirs en souvenirs, il endosse chaque jour la vie d’un être inconnu et traverse ainsi les époques, les palais et les grottes, les existences glorieuses et les destin tragiques. 

  • "Valentin de Majipoor" ["Valentine Pontifex", 1983]
  • "Les Montagnes de Majipoor" ["Majipoor Mountains"]
  • "Les Sorciers de Majipoor" ["The Sorcerers of Majipoor"]
  • "Prestimion Le Coronal" ["Lord Prestimion", 1999]
  • "Le Roi des Rêves" ["The King of Dreams", 2002]

- "Time Opera" ["Time Opera", 2004] - ED. R. LAFFONT / A&D, 2004

- "Roma Aeterna" ["Roma Aeterna", 2004] - ED. R. LAFFONT / A&D, 2005



- "Nouvelles au fil du temps" - L’intégrale des nouvelles de SILVERBERG - ED. GALLIMARD + EN POCHE CHEZ FOLIO SF

  • "Le Chemin de la nuit" Volume 1 [1959 - 1970]
  • "Les Jeux du Capricorne" Volume 2 [1971 - 1981]
  • "Voile vers Byzance" Volume 3 [1981 - 1987]

On ne répétera jamais assez que, la science-fiction étant un genre où la nouvelle est primordiale. Un auteur comme SILVERBERG ne s’apprécie complètement qu’en s’intéressant également à ses textes courts, dont bon nombre sont de grands classiques... UN MUST !

c’est le regretté Jacques CHAMBON, directeur de collection chez Imagine, qui avait lancé la publication de l’intégrale des nouvelles de SILVERBERG. Un travail de titan qui s’est, hélas, interrompu à la mort de CHAMBON, après la parution du troisième et avant-dernier volume.

Le quatrième volume devrait paraître directement en poche aux éditions J’AI LU, qui ont déjà réédité les trois premiers.


LES OEUVRES DE ROBERT SILVERBERG SUR AMAZON.fr


LE QUASI-SITE OFFICIEL DE ROBERT SILVERBERG



Lire la critique

COMMANDER

Le Cycle de Majipoor
de Robert Silverberg

[Majipoor chronicles, 1980-2001]

Une double réputation plane sur le cycle de Majipoor de Robert Silverberg : tire-la-ligne alimentaire pour les uns, chef d’œuvre pour les autres. Sa réédition récente dans la collection « Ailleurs & Demain » témoigne en tout cas de son potentiel commercial et de son importance dans la bibliographie de l’un des plus importants romanciers du genre.

 

Lire la critique

COMMANDER

Un jeu cruel de Robert Silverberg

[Thorns, 1967]

Après L’oreille interne en janvier dernier, Folio SF nous propose une nouvelle réédition de Silverberg.
Silverberg nous livre une critique acerbe de la société du spectacle, un roman qui reste encore cruellement d’actualité.

 

Lire la critique

COMMANDER

L’oreille interne de Robert Silverberg

[Dying Inside, 1972]

Classique parmi les classiques, voici LE roman incontournable de Robert Silverberg, enfin réédité en France - la dernière édition, chez J’ai Lu, remontait à 1981, et le roman était devenu difficile à trouver.

Voici enfin, à la portée d’une nouvelle génération de lecteurs, l’histoire de David Selig, le mutant maudit. Mélancolique, d’une grande finesse d’esprit et profondément humain : à lire d’urgence pour ceux qui ne connaissent pas encore.

 

Lire la critique

COMMANDER

Mon nom est Titan de Robert Silverberg

Voici enfin le dernier tome des « collected stories » choisies par Robert Silverberg couvrant la période 1988-1997. Mon nom est Titan a bien failli ne pas paraître, en raison du décès de Jacques Chambon, grand ordonnateur de ce projet. Mais les éditions J’ai Lu ont heureusement repris le flambeau de la collection Imagine et les quatre volumes sont désormais disponibles dans l’auguste maison présidée par Thibaut Eliroff.

 

Mr.C