EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Horreur ! Du thriller dans ma SF !


Bien que né en Angleterre, M.M. SMITH a grandi aux Etats-Unis, où son père avait décroché un poste de professeur, dans l’Illinois puis en Floride. [Il se sent aujourd’hui encore, presqu’à moitié américain.]

Pendant son adolescence, il passe aussi une année en Afrique du Sud et une autre en Australie avant de retourner vivre au Royaume-Uni.

Ses études de philosophie et de sciences sociale au King’s College de Cambridge ne l’empêche pas de consacrer beaucoup de temps à ses passions : la comédie, qu’il pratique dans une association théâtrale, la radio et l’informatique. il se passionne en particulier pour les premiers Apple Macintosh et l’infographie.

Amateur de SF classique [ Isaac ASIMOV, Arthur C. CLARKE ], SMITH s’avoue plutôt fan d’horreur [Ramsey CAMPBELL, Nicholas ROYLE, Clive BARKER]. C’est la lecture du Talisman de Stephen KING et Peter STRAUB qui lui donne l’envie d’écrire à son tour.

Ses première nouvelles, comme "The Man Who Drew Cats", sont à classer au rayon frousse, et il réussit à en publier quelques unes. il remporte même trois fois le British Fantasy Award.

Encouragé, il se lance dans son premier roman. Au départ il projette de rester dans le registre de l’horreur, mais son inspiration le mène vers une sorte de polar [car il aime aussi Jim THOMPSON et James ELLROY] dans un cadre sciencefictionnesque, et il décide de se laisser porter. Bien lui en prit puisque Avance Rapide est accepté presque immédiatement par le premier éditeur qu’il contacte, et fait un succès quasi-immédiat. Le roman a d’ailleurs reçu le Prix August DERLETH en 1995.

M.M SMITH apparaît donc sur la scène SF de façon aussi rapide qu’inattendue. Ses livres échappent pourtant aux étiquettes habituelles : il y trame souvent des intrigues policières dans des univers cyberpunk parsemé de scènes de terreur ! Mais ils sont appréciés par la critique, le public et même Hollywood ! "Frères de chair", son deuxième roman, pourrait être adapté au cinéma par Dreamworks, le studio de Steven SPIELBERG, qui en a racheté les droits.

Son troisième roman, "La Proie des rêves", paru en 1998, a lui tout l’intérêt des studios Warner Bros...

Michael Marshall SMITH vit aujourd’hui dans le nord de Londres, avec sa femme Paula, deux chats [il leur voue une vraie passion et en sème dans tous ses textes] et une pièce blindée d’ordinateurs. il travaille à son prochain roman, sous le titre, non définitif, de Wild [en français, Sauvage].


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE


- "Avance rapide" ["Only Forward"] ED. POCKET SF, 1994 - REEDITION BRAGELONNE

Tout commence comme une mission banale pour STARK : retrouver ALKLAND, un ingénieur du Centre, mystérieusement disparu.

Traversant le patchwork de la Cité, de la zone chaotique du Hu jusqu’au delà des murailles du Stable, dont personne n’entre ni ne sort, notre mercenaire n’aura d’autres choix que de plonger au coeur du plus terrifiant des mondes, le Jeamland, le lieu de nos fantasmes où rêves d’adultes et cauchemars d’enfants s’affrontent...

Dès les premières pages, le lecteur est dérouté : après un prologue gore digne de Stephen KING, nous nous éveillons avec STARK dans un univers barjo façon Douglas ADAMS où les objets parlent et se rebellent, où les murs changent de couleurs chaque jour de la semaine...

A peine remis, voici que démarre sur les chapeaux de roue une intrigue de série-noire, sauf que cela se joue dans un monde ubuesque où chaque Quartier vit en fonction de règles grotesques : aucun bruit dans "Son", une obsession criminelle pour l’efficacité au "Centre", des félins narquois dans "Chat"...

A l’image de sa Cité-puzzle, l’inspiration de M.M. SMITH emprunte à tous les genres : cyberpunk, horrifique, surréaliste voire comique. Cela déconcerte et l’intrigue du roman manque de continuité. Mais le voyage proposé est l’un des plus étrange jamais proposé...

- "Frères de chair" ["Spares"] - ED. CALMANN-LEVY et POCKET SF, 1996

Jack RANDALL n’aurait peut-être pas dû fuir la Ferme dont il était le gardien. Il n’aurait pas dû non plus emmener avec lui ces six alters, des clônes destinés à servir de pièces de rechange humaine.

Car maintenant il a sur le dos non seulement la SécuRéseau, mais aussi toute la mafia de New-Richmond, cité volante clouée au sol et encerclée de taudis. Son expérience d’ancien flic lui permettra-t-elle de retrouver ses six protégés entiers ?

Plus encore que dans Avance rapide, M.M. SMITH trouve ici sa voie : une littérature noire enracinée dans les ressorts du polar mais où la SF, le Fantastique et même l’Horreur, loin d’être de simples éléments de décorum, participent de l’intrigue et la détourne de son droit chemin.

Les six alters disparus perdent très tôt le statut d’enjeu qui leur semble dévolus au début du roman, et l’histoire de Jack RANDALL bascule dans l’affrontement avec un passé refoulé et un monde parallèle de cauchemar [tiens ? comme dans Avance rapide...]. La réussite du roman est que de bout en bout on est accroché par un récit intense et d’une savoureuse efficacité.

PRIX Philip K. DICK du Meilleur Roman en 2001

- "La proie des rêves" ["One of Us", 1998] - ED. CALMANN-LEVY - POCKET SF, 1998]

Hap Thomson a un drôle de boulot : il vous ôte vos cauchemar en les rêvant à votre place. Il est même payé pour ça ! Il est d’ailleurs si doué que son employeur le rémunère grassement pour [activité illégale] débarasser certains criminels de souvenirs embarassants...

Tout cela bascule en un vrai cauchemar le jour où Hap se retrouve accusé du meutre d’une étrange "cliente" dont il a récupéré une partie de la mémoire...

Déception ! Ce n’est pas un mauvais roman, loin de là, on y retrouve bien l’ambiance estampillée M.M. SMITH [comme c’est dit un peu "lourdement" sur le 4ème de couv’ ] c’est à dire, une histoire à rebondissement, sous forme d’enquête tant personnelle que "policière", mais on dirait tout simplement que SMITH se parodie...

Tout ce qui fait la personnalité de ses romans est trop "appuyé", caricaturé... On en ressort avec l’impression que l’auteur c’est dit : "Bon, ça marche bien pour mes deux premiers romans, reprenons donc la même recette."

Dommage, car les personnages sont attachants, l’histoire, un rien trop fouillée, part un peu dans tous les sens, mais se tient. La "théorie théologique" de la fin est excellente, mais bon... Un opus un peu en-dessous des autres.

[Maxence G.]

- "Les Hommes de paille" ["The Straw Men"] - CALMANN-LEVY, 2002

Un thriller horrifique sauce serial-killer, un peu à part dans l’oeuvre de l’auteur, qui signe d’ailleurs Michael MARSHALL, comme pour signaler à ses lecteurs : "Attention, piste noire"...

Car c’est de suspense et de frissons qu’il est question, et non de SF. Comme si M. SMITH faisait enfin le tri dans ses [nombreuses] influences.


SUR LE NET :

LE SITE OFFICIEL DE MICHAEL MARSHALL SMITH



Lire la critique

COMMANDER

"Les hommes de paille" de Michael MARSHALL SMITH

["The Straw Men", 2001]

Je ne suis pas un adepte des thrillers ni dans leur version classique, ni dans celle plus "techno". Cependant, pour Michael Marshall SMITH [qui signe ce polar avec un nom raccourci], je ne me suis pas posé trop de questions et nul besoin de l’accroche volontairement racoleuse de l’éditeur [ le compliment de Stephen KING, la couverture agressive et les ajouts "amis, voisins, serial killers" ] pour me décider.

 

Mr.C