EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Deux de ses romans, "Cristal qui songe" et "Les Plus qu’humains" sont des chef d’oeuvres. On y sent un univers à la tangence du fantastique et de la science-fiction. Ses personnages sont des mutants marginaux, des êtres anormaux, des simples d’esprit, souvent des enfants, des êtres faibles ou rejetés.


S.-F. OU FANTASTIQUE ?

STURGEON n’a pas eu une enfance facile : ses parents se séparent lorsqu’il a 3 ans, et sa mère se remarie avec un professeur très strict qui l’adopte et lui donne son nom, STURGEON, alors que jusque là il s’appelait Edward WALDO. Ce beau-père lui impose des heures d’études, et une éducation rigide qui lui laisseront de mauvais souvenirs.

Pour s’échapper, Theodore traîne dans la rue avec une bande de mauvais garçons. Sportif, fan de gymnastique, il rêve d’entrer dans un cirque... mais un rhumatisme articulaire aigu l’en empêche.

Cadet à l’Ecole de Marine, il arrête ses études parce qu’il refuse les mauvais traitements infligés aux bizuths. En 1935, pour quelques mois, il s’engage comme matelot dans la marine marchande.

Il vend alors pour 5 $, à une agence littéraire, des nouvelles de S.-F. En 1938 il décide de devenir écrivain professionnel, mais il a du mal à joindre les deux bouts [sa chambre d’hôtel lui coûte justement 5 $ par mois].

Un an plus tard, il envoie "The Ether Breather" à John CAMPBELL, nouvelle qui parait rapidement dans Astounding Science Fiction : c’est le début d’une carrière.

...des hauts et des bas

Marié en 1940 à une camarade d’école, Dorothy, il perd l’inspiration et collectionne les petits boulots sans ambition.

GIF - 3.3 ko
Theodore STURGEON jeune

En 1944, il retrouve le goût d’écrire : son court roman Killdozer est immédiatement publié dans "Astounding...", mais l’inspiration le fuit à nouveau... Il divorce, s’installe à New York et devient brièvement agent littéraire en 1946.

En 1947, retour en grâce : sa nouvelle Les mains de Bianca remporte un concours. Without Sorcery, son premier recueil est publié. Il rencontre Mary MAIR à la cinquième Convention mondiale de la SF à Philadelphie, et l’épouse deux ans plus tard. En 1950, parait son premier roman, "Cristal qui songe".

En 1951, c’est déjà le divorce avec Mary [qui évoque "l’immaturité de son époux"], mais STURGEON se remarie aussitôt, avec Marion.

"Les Plus qu’Humains" son deuxième roman, sort en 1953 et remporte en 54 l’International Fantasy Award.

Son union avec Marion dure, quatre enfants naissent, mais cette période heureuse est creuse sur le plan littéraire : STURGEON se tourne vers le journalisme et la critique, il est aussi quelques temps responsable des magazines Venture et If.

En 1962, il est l’invité d’honneur de la Convention mondiale de la SF à Chicago [Chicon III].

La rupture avec Marion, latente depuis trois ans, est définitive en 1965. Installé chez Harlan ELLISON pour ne pas déprimer, STURGEON travaille pour la télévision, en particulier sur des épisodes de la série Star Trek. Il s’isole de plus en plus.

En 1969, il épouse [c’est son quatrième mariage] une admiratrice avec laquelle il correspondait depuis des mois, Wina. Dans les semaines qui suivent, il écrit plus de dix nouvelles [réunies dans le recueil "Sturgeon is alive and well" en 1971 !]. Wina lui donne un fils, Andros.

Le temps passe, l’inspiration repart, et STURGEON retourne à la critique littéraire [notamment pour le célèbre New York Time].

Au mois de mai 1976, il participe au Festival de SF de Metz comme invité d’honneur. De retour aux Etats-Unis, il quitte Wina et vit alors avec Lady Jane, son nouvel amour [!]...

STURGEON publie peu lors de ces dernières années. Il meurt en 1985, accompagné de sa femme et de six de ses sept enfants.

une plume sensible

STURGEON pioche beaucoup dans sa vie propre expérience : les dockers de "Killdozer", il a travaillé avec eux à l’Ecole de Marine. Le cirque de "Cristal qui songe", il l’a connu. Ces héros seuls, parfois dépressifs, isolés, ils lui ressmblent. Ils sont lui-mêmes.

STURGEON est, avant tout, un auteur de nouvelles, nouvelles qui paraissaient dans les revues S.-F. new-yorkaises. Il en existe aujourd’hui 9 recueils. Beaucoup valent le détour.


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE


- "Cristal qui songe ["The Dreaming Jewels", 1950]

[Cf. la critique plus bas]

- "Les Plus qu’humains" ["More than Human", 1953]

Deux jumelles qui apparaissent et disparaissent sans prévenir, un bébé mongolien génial, une fillette aux pouvoirs télékinésiques et un idiot du village...

Des enfants que leurs mutations ont mis en marge de la société... mais qui, ensemble, sont peut-être la prochaine évolution de l’Humanité.

Leur amitié ne résistera pas aux luttes de pouvoirs.

Sensible, sombre, très impressionnant. Constitué à l’origine de trois nouvelles indépendantes, c’est pourtant le chef-d’oeuvre de STURGEON. 

- "Killdozer" ["Killdozer", 1944]

Sur une île du Pacifique, une équipe de chantier débarque avec la mission de construire une piste d’atterissage en quelques semaines. Pendant les travaux, ils libèrent une entité du fond des âges qui s’empare d’un bulldozer et massacre les travailleurs les uns après les autres...

Une longue nouvelle quasi-autobiographique en ce qui concerne le lieu de l’action, puisqu’elle permet à Theodore STURGEON de décrire en détail le pilotage d’un bulldozer..

En dépit du respect que l’on a pour l’auteur, on conseillera vivement aux lecteurs d’éviter ce texte sans intérêt... 

"L’Homme qui a perdu la Mer"

Un recueil de nouvelles exceptionnel :

  • "Ca" ["It"]
  • "Et la foudre et les roses" ["Thunder and Roses"]
  • "La merveilleuse aventure du bébé hurkle" ["The Hurkle is a Happy Beast“]
  • "Le contact de ta main" ["The Touch of Your Hand“]
  • "L’éveil de Drusilla Strange" ["The Education of Drusilla Strange"]
  • "L’homme qui a perdu la mer" ["The Man Who Lost The Sea"]
  • "Epitaphe" ["Like Young"] 

"Le Livre d’Or de la science-fiction"

Le volume consacré à Theodore STURGEON vaut le détour à plus d’un titre : il contient des textes superbes, dont la nouvelle "Sculpture lente" [récompensée par les seuls prix Hugo et Nebula de sa carrière], et démontre la sensibilité de STURGEON sur des thèmes qui dépassent la SF. 

"Les Songes superbes de Theodore STURGEON"

Recueil de 10 nouvelles.


LES OEUVRES DE THEODORE STURGEON SUR AMAZON.fr



Lire la critique

COMMANDER

Cristal qui songe de Theodore Sturgeon

[The Dreaming Jewels, 1950]

Un enfant rejeté, avec sa poupée aux yeux de cristal se réfugie dans un cirque... Les cristaux se trouvent être vivants et doués de dons étonnants. Ce qui attire les convoitises.

Parmi les nains et les êtres difformes, l’enfant trouve l’amour et entraîne l’Humanité vers un avenir plus tolérant.

 

Mr.C