EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 19/12/2002

"Schismatrice +" de Bruce STERLING

["Schismatrix", 1985]

REED. FOLIO S

Par PAT

Bruce Sterling est indéniablement sous les feux de la rampe : Après "Les mailles du réseau", c’est au tour de "Schismatrice" d’être réédité par Folio SF [sous une jolie couverture]. Mais il y a une surprise.

Ce n’est pas [en fait] de "Schismatrice" qu’il s’agit, mais bien de "Schismatrice +", c’est-à-dire d’une édition augmentée de quelques courtes nouvelles, toutes évidemment situées dans l’univers de la Schismatrice, un univers bien difficile à appréhender.


Pour le fan, c’est une bonne nouvelle, et pour les autres, c’est aussi une bonne nouvelle, tant "Schismatrice +"s’impose comme l’un des textes définitifs de la SF.

La très grande force de "Schismatrice", c’est d’être volontairement obscur. STERLING tisse son histoire à la manière du "j’y suis". En clair, on ne trouve que très peu d’explications sur la structure de l’univers décrit. Tout est "évident "et n’a pas à s’expliquer. Le lecteur est d’abord perdu, puis peu à peu séduit, et enfin éclairé quant au pourquoi du comment.

Pour vous donner une idée, imaginez un roman actuel qui met en scène (avec naturel) le monde moderne, ses avions, ses ordinateurs et son électricité. Pour l’auteur, point n’est besoin d’expliquer ce qu’est un avion ou une ampoule électrique. Cela fait partie de la sphère intime de connaissance du lecteur. Imaginez maintenant que ce roman (par une faille spatio-temporelle quelconque) soit lu par une personne normalement cultivée de la fin du XIXème siècle. L’électricité, il connaît, mais cela reste tout de même réduit. Les avions, on commence à s’en douter, et même à l’envisager sérieusement. Mais pour les ordinateurs· Il va lui falloir se taper l’intégralité du roman avant [peut-être] de comprendre de quoi il s’agit.

"Schismatrice +"est [en quelque sorte] ce roman. Et quant au lecteur de la fin du XIXème siècle, c’est nous, et c’est çà qui est intéressant. Car "Schismatrice +"est un roman très fort. Impossible à dater précisément, l’action se situe dans un futur sans doute pas si éloigné. Un futur où l’humanité a quasiment déserté la terre, et où une post-humanité confinée au vide spatiale s’organise en sociétés complexes dans des habitats artificiels. De ces cités-états monstrueuses, on retient avant tout l’aspect commercial, avant de saisir que c’est tout l’univers humain qui se scinde autour de deux grandes factions : Les morphos, familles de clones génétiquement modifiés, adeptes de l’amélioration de l’espèce, et les mécas, humains plus ou moins greffés aux machines. On trouve également quelques extraterrestres, dont la nature profonde reste avant tout le commerce.

STERLING trace le chemin d’Abélard Lindsay, simple individu dont l’aventure est tout simplement impossible à résumer. Il suffit de savoir que les possibilités d’évolution humaine développées par STERLING sont tout simplement stupéfiantes de crédibilité. D’une certaine manière, c’est effrayant, mais d’un autre point de vue, c’est fascinant. Si l’intrigue est compliquée (peut-on d’ailleurs parler d’intrigue, dans cette multitude de récits éclatés ?), l’ensemble n’en reste pas moins d’une rare cohérence, et STERLING nous livre peu à peu certaines clés qui permettent de mieux saisir les histoires sous-jacentes.


COMMANDER

C’est un vrai régal, et c’est une vraie reflexion sur le devenir de l’humanité.

Bravo Bruce, tu a réussi à nous faire oublier "Les mailles du réseau ".