EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Première publication le 01/09/2005
Publié le 30/11/2007

Je suis une légende de Richard Matheson

[I am Legend , 1954]

ED. DENOËL / PDF, 1955 - REEDITIONS REGULIERES, FOLIO SF

Par Mr.C

Une épidémie étrange et terrible a frappé l’humanité entière : les hommes sont devenus des vampires. Morts, ils s’extraient de leurs tombes en quête de sang...
Barricadé chaque nuit dans sa maison, Robert Neville tente, dès que le soleil est levé, de comprendre ce qui s’est passé... et de survivre.
Est-il le dernier homme sur Terre ?

Un grand classique de l’horreur par le maître Richard Matheson.


Au milieu des années 70, une maladie d’un nouveau genre a frappé le genre humain. Une maladie qui s’est propagée en quelques mois et a mis fin à la civilisation telle que nous la connaissons.

Dans la banlieue de Los Angeles, Robert Neville a vu s’éteindre doucement sa femme et sa petite fille - puis il les a vu mourir. S’il avait obéi à la loi, il aurait dû porter leur corps au gigantesque bûcher dressé par les autorités, mais il n’a pas pû.
Alors il a mis en terre sa femme. Et l’horreur n’en a été que plus terrible lorsqu’en pleine nuit celle-ci est venue, murmurant son nom, gratter à sa porte, le teint blème, couverte de terre...

Hanté par ses souvenirs cauchemardesques, Richard Neville survit, seul, dans un pavillon familial qu’il a barricadé et équipé d’un groupe électrogène. La nuit, il essaie de dormir malgré les hurlements de ses anciens voisins qui rôdent autour de chez lui, cherchant à détruire son abri en dépit des gousses d’ail qu’il accroche partout et renouvelle régulièrement. Le jour, il se ravitaille, "chasse" les vampires endormis pour les détruire d’un coup de pieu en bois en plein cœur.. et veille à rentrer avant le coucher du soleil.

« A présent, c’est moi le monstre... »

L’originalité du récit de Richard Matheson tient dans le traitement très scientifique qu’il a choisi de faire du thème du vampirisme : opposé à ses ennemis buveurs de sang, Richard Neville a d’abord recours aux remèdes classiques véhiculés par la légende : l’ail, les crucifix, les miroirs, les pieux de bois.
Mais, poussé à étudier ses prédateurs pour leur résister plus longtemps, il va comprendre que certaines "bonnes vieilles méthodes" ne sont d’aucune efficacité - et que les autres, si elles fonctionnent, ont une explication toute scientifique.

On opposera à cela que Richard Matheson n’est pas un auteur de science-fiction et que les développement qu’il fait d’un vampirisme assimilé à une maladie bactériologique ne tiennent sans doute pas la route d’un pur point de vue scientifique. Néanmoins, c’est une approche nouvelle et suffisament efficace pour tenir en haleine le lecteur et alimenter les craintes et les doutes du personnage principal.

Le savoir faire de Richard Matheson est redoutable : de l’errance désespérée de cet homme seul, survivant sans avenir rongé par son passé, il arrive à tirer un roman à suspens sans faille. Le lecteur se prend à partager les peines de Robert Neville, à trembler avec lui lorsque le danger s’annonce, à souhaiter une fin heureuse à cet impossible cauchemar. Les découvertes concernant la bactérie responsable de la maladie, l’épisode du chien errant, puis celui de la rencontre avec un autre survivant relancent l’intrigue et ce roman assez court se lit, en conséquence, en quelques heures intenses.


Je suis une légende a été adapté au cinéma à trois reprises :

  • 1964 : Je suis une légende, film italien avec Vincent Price, titre original L’Ultimo Uomo Della Terra.
  • 1971 : Le Survivant réalisé par Boris Segal, avec Charlton Heston et Anthony Zerbe, titre original The Omega Man.
  • 2007 : Je suis une légende, film américain de Francis Lawrence avec Will Smith. Ce film ne conserve du roman que la trame générale : un homme seul parmi les monstres. La part de folie de Robert Neville est bien présente mais le scénario brodé tout autour est très basique, et la fin prévisible.

COMMANDER

Ecrit dans les années 50, [25 ans à l’époque avant la date prévue pour le cataclysme], Je suis une légende est un classique à juste titre : le dernier Homme sur Terre, assailli par les souvenirs du bonheur enfui, contraint à la barbarie pour échapper à barbarie plus grande encore, est un héros qu’aucun lecteur n’aura de peine à s’approprier.

On ne dévoilera pas la fin [déchirante], qui justifie le très beau titre du roman - et on se contentera de recommander ce roman très chaudement.