EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS


Certains êtres naissent deux fois.

En 1968 la revue Analog publia le premier texte d’un nouvel auteur James Tiptree Jr."A birth of a Salesman" ["Naissance d’un commis-voyageur"] passa inaperçu... mais très vite ce fut un feu d’artifice.


ALICE AU PAYS DE LA SF

Ainsi un an après, une nouvelle, "Ligne de fuite", publiée dans Galaxy fut sélectionnée pour le Nébula. Et ce ne fut pas la seule. En 1972 "And I Awoke and Found Me Here on the Cold Hill’s Side" ["Je me suis éveillé sur le flanc frais de la colline"] rate de peu le Nebula. Idem pour "Painwise" ["Les voies de la douleur"].

En 1973 "Love is the Plan, The Plan is the death" décroche, lui, le Nebula dans la catégorie nouvelle et "The Girl who was plugges in" le Hugo dans la catégorie novella.

Quant au texte "The women men don’t see" ["Vol 747 pour ailleurs" en VF], il suscita l’admiration de Robert SILVERBERG. Mais TIPTREE le retira de la compétition pour le Nebula ou il faisait figure de favori.

Rebelote en 1975 avec une sélection au Nebula pour "A Momentary Taste of Being" et triple prix [Hugo + Jupiter + Nebula] dans la catégorie novella pour "Huston, Huston do you receive me ?"

Puis progressivement la production de l’écrivain ralentit... James TIPTREE publia au total quelques dizaines de nouvelles entre 1968 et 1986, ainsi que deux romans oubliés. Et c’est tout ? Non.

En 1977 il révéla sa véritable identité. Elle s’appelait en réalité Alice SHELDON, était née en 1915 et possédait un diplôme en psychologie et un passé tumultueux, jugez plutôt : après une enfance passée en Inde, en Afrique et à Sumatra, elle a entrepris une carrière de peintre. La montée du nazisme l’a incitée à s’engager. Elle a alors rejoint l’Air Force Intelligence School et travaillé pour le Pentagone.

Mariée en 1945, elle a rejoint la C.I.A avec son mari en 1952. Elle a démissionné quelques années plus tard, obtenu un doctorat en psychologie expérimentale et après 4 années d’enseignement s’est enfin lancé enfin dans la littérature.

Le "coming out" de TIPTREE a produit un drôle d’effet sur le millieu SF : la nouvelle fut embarrassante pour certains... Robert SILVERBERG avait eu des paroles élogieuses sur l’homme TIPTREE et Gardner DOZOIS venait juste de pondre un livre, "The fiction of James TIPTREE Jr." [Ed. ALGOL] sans avoir détecté la mascarade.

Puis, de petits malins ont prétendu avoir percé depuis longtemps le mystère tandis que les féministes s’emparaient d’Alice SHELDON, et la transformaient en un monument à l’oppression masculiniste [imaginez, une femme forcée de se travestir litteréairement en homme !], d’où la création du Prix TIPTREE.

En 1987, Alice SHELDON et son mari handicapé disparaissent dans des conditions tragiques.

Dans le Livre d’or que lui a consacré Pierre REY et publié en 1986 on lit ces propos : « Mes débuts dans l’écriture, c’est comme si je pelais des tranches de moi-même, comme on pèle un oignon. Je me suis mise à peler de plus en plus à l’intérieur et j’ai fini par sentir le vide du cœur » On ne saurait mieux dire que le prix à payer pour insuffler de la vie dans une œuvre, c’est la vie elle-même

Cette identité duelle Alice/James [A noter qu’Alice SHELDON a aussi utilisé le pseudonyme de Raccoona SHELDON...]a fourni la matière à ses plus beaux textes : à savoir les rapports de force entre homme et femme, comme dans "Houston, Houston, me recevez vous", "Vol 747 pour ailleurs" ou "Comme des mouches"...

Rien n’est moins banal qu’une nouvelle de Tiptree : recherches verbales,écriture à plusieurs voix, chute... tout y passe. Au Paradis des nouvellistes, lecteur, il faudra l’ajouter à ta liste.


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE


- "Le livre d’or de la science-fiction / James TIPTREE" [EDITIONS PRESSE POCKET, NOVEMBRE 1986]

  • La préface de Pierre K. REY, "Alice, le pot de confiture et le raton laveur"
  • "Naissance d’un commis voyageur" ["Birth of a Salesman"]
  • "Ligne de fuite" ["The Last Flight of Dr. Ain"]
  • "Le jeu du solitaire" ["I’m Too Big But I Love To Play"]
  • "La longue marche" ["The man who walked home"]
  • "Une demi-heure sur une couverture Hudson Bay" ["Forever to a Hudson Bay Blanket"]
  • "Ultime espoir" ["On the Last Afternoon"]
  • "Une fille branchée" ["The Girl Who Was Plugged In"]
  • "Houston, Houston, me recevez-vous ?" ["Houston, Houston, Do You Read ?"]
  • "Comme des mouches" ["The Screwfly Solution"]
  • "Une source de joie innocente" ["A Source of Innocent Merriment"]
  • Bibliographie d’Alice SHELDON

L’anthologie de référence de James TIPTREE. La préface de Pierre K. REY est exceptionnelle, la bibliographie bienvenue. Des textes choisis on retiendra "Houston, Houston me recevez vous", "Comme des mouches" [ETCHISON aurait aimé l’écrire celle là], "Une fille branchée".

Le choix de la diversité, a présidé à la composition de ce recueil. Dommage cependant de ne pas y avoir inclus "Vol 747 pour ailleurs".

- "Par delà les murs du monde" ["Up the Walls of the Wolrd", 1978 - EDITIONS DENOEL / PdF, 1979]

Un autre recueil qui contient 3 novellas :

  • "Dans l’espace"
  • "Sur Tyree"
  • "Sur la Terre"

- Une biographie : "The battle of the sexes in SF" de LARBALESTIER qui traite pas mal de TIPTREE / SHELDON.


Soleil vert