EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 01/09/2005

« Un Éléphant Fou Furieux » de Jean-Marc AGRATI

ED. LA DRAGONNE, JUIN 2005

Par Daylon

À force je n’y pensais plus. Ce sont les jours qui passent ; les factures à payer, les poubelles à sortir, les gens à voir ; dormir, parfois. Le chien m’avait dit des tas de choses : trashs pour certaines, grandioses pour d’autres. Toutes décalées, en tout cas. Et originale. D’ailleurs j’en parlais encore à AK l’autre jour. Il faut lire AGRATI. Y’a des auteurs comme ça, on en parle, on dit rien, on le chante et on n’ose pas le conseiller ; il faut les lire. Et même si ça ne se fait pas je montrai du doigt le nouveau recueil, et j’ai dis : « regarde, y’a un nouveau AGRATI ». AK n’a pas répondu, est reparti avec un cabot hautement recommandable quoique pas forcément poli, tandis que moi, la mémoire rafraîchie et les babines retroussées, j’attrapai au vol un Éléphant Fou Furieux. La chasse fut bonne


Jean-Marc AGRATI appartient à cette mouvance [récente ?] de nouveaux auteurs de fantastique [le lire dans un sens très élargi et non stricto-sensu, merci], ceux d’un XXIè siècle un peu paumé ; à la fois proche de nous et à des années lumières d’une réalité stable.

D’entrée, « Un Éléphant Fou Furieux » s’inscrit dans la continuité de « Le Chien À Des Choses À Dire », tout en revoyant/épurant/améliorant/adoucissant/homogénéisant/autretruc-i-sant son contenu et sa forme.
Nous croisons pêle-mêles des réflexions existentielles aux amphèt’ [« Les lois n’avançaient pas »], expériences malsaines [« Ce petit bout de haine »], actualité perçue par une lentille déformante devenue dingue [« Le jardin des délices »] ; entre la nouvelle classique [« Un éléphant fou furieux »], le conte [« Les limites de mon royaume »], et la nouvelle catégorie blitz [« On touchait du doigt tous les écoulements »], AGRATI nous propose dix nouveaux textes en forme de grande-mandale-pleine-tête.
Son écriture toujours aussi percutante se débarrasse des scories gênantes du Chien [l’étalement gratuit du trash, par exemple ; le jusqu’au-boutisme inutile, un peu] et se concentre essentiellement sur l’humain. Nous.

On retiendra surtout les excellents texte « Les limites de mon royaume », « L’ange gardien », ainsi que la nouvelle éponyme du recueil. Du grand art.
Ah, et puis, les habitués retrouveront le personnage de Zol. Et ça, c’est pas rien.


COMMANDER

Un regret ? Le prix prohibitif au regard du contenu, qui ne procurera qu’une heure ou deux de plaisir [et quel plaisir !]... C’est un peu trop pour que nous puissions vous conseiller de sauter dessus. Ceux qui auront quelques sous superflus pourront les dépenser sur cet « Éléphant Fou Furieux » les yeux fermés.