EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 01/08/2007

« Un Puits dans les Etoiles » de Robert REED

[« The Well of Stars », 2004]

ED. BRAGELONNE, JUIN 2007

Par eleanore-clo

Bragelonne poursuit la publication du cycle Reed. « Un Puits dans les Etoiles » s’inscrit après « Les Rémoras » [nouvelle reprise dans le recueil Science-Fiction 2006] et « Le Grand Vaisseau ».
La saga comptera a minima 15 textes et les fans devraient donc trouver matière à se réjouir.


Petit rappel de l’épisode précédent : « Le Grand Vaisseau » est une immense nef spatiale dont la taille dépasse celle d’une planète. Sa construction remonte à l’origine de l’univers et nul ne se souvient plus de ses créateurs. Redécouvert par les humains, le bâtiment a été aménagé et poursuit désormais une croisière sans fin au milieu des galaxies.

Ses cales incommensurables abritent des milliards de passages tant humains qu’extraterrestres. Elles cachent aussi un prisonnier, une entité démoniaque internée depuis la nuit des temps.

L’équipage finit par le trouver et s’entredéchire : les capitaines ne veulent aucun contact alors que les indociles souhaitent libérer le monstre. La rébellion échoue de peu mais le navire dévie de sa route durant la bataille. Sa nouvelle trajectoire l’amène à croiser à proximité d’une nébuleuse mystérieuse et inquiétante : l’Encrier.

Tout les navires ayant essayé de la franchir ont disparu et pour cause : la nuée recèle un être maléfique. Ce nouveau Charybde se met à observer le Grand Vaisseau et finit par apprendre l’existence du Scylla écroué sur « Marrow ». Il décide alors sa libération...

« Un puits dans les étoiles » se situe dans la continuité narrative du « Grand Vaisseau » : personnages, décors, style. Rien ne change.
Les héroïnes et les héros sont glaciaux, d’une inhumanité telle qu’elle en devient invraisemblable, artificielle. Le politique se résume à un conflit permanent pour le pouvoir entre des personnalités ivres d’elles-mêmes. L’amitié, la complicité n’existent pas et Robert REED confond sexualité et amour.

Les batailles innombrables et interminables se réduisent à la mise en oeuvre d’un catalogue incroyablement varié d’hyper-méga-super-ultras armes où un quasi-dieu combat le grand vaisseau à coup de trous noirs. Les escarmouches succèdent aux échauffourées et les pages défilent, lassantes, répétitives...

Les pages consacrées à l’habitant de l’Encrier manquent de subtilité et la lecture de son délire finit par rebuter. Là où Maurice DANTEC avait su évoquer la folie, l’incompréhensible, la paranoïa [« Les Racines du mal », Folio], nous ne trouvons que divagations et enfantillages.
Le livre démontre cependant de réelles qualités : REED sait créer un suspens. Mais la froideur de sa narration aseptise l’angoisse, la fige en quelque sorte pour, au final, lui fait perdre une partie de sa force.

La fin est ouverte et les fans devront malheureusement attendre quelques temps pour connaître le sort du Grand Vaisseau et de ses passagers...


COMMANDER

« Un Puits dans les Etoiles » se conforme aux poncifs du Nouveau Space Opera sans faire progresser le genre. Des personnages violents et insensibles parcourent l’espace dans une quête stérile, incompréhensible et profondément inhumaine. Les descriptions somptueuses de l’espace et des nouvelles technologies ne peuvent compenser l’absence de lyrisme. Le livre réjouira les fans du NSO mais il ne convaincra peut être pas les autres lecteurs.
Le parcours littéraire de Robert REED démontre pourtant une exceptionnelle capacité à émouvoir, étonner, surprendre. « Les Rémoras » ou encore « Le Voile de l’Espace » nous avaient habitués à des œuvres plus ambitieuses. REED écrit-il du NSO ou en est-il la victime consentante ?


> VOIR L’AVIS D’ACTU SF