EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS


VAN VOGT fait ses débuts dans la revue Astounding Stories de John W. CAMPBELL, dont il devient l’un des pilliers aux côtés d’Isaac ASIMOV ou de Robert A. HEINLEIN.

C’est là qu’il publie la plus grande partie de ses textes importants. Son premier texte, "Black Destroyer" écrit en 1939, met en scène une race d’extra-terrestre intelligent, vorace et cruel qui pourrait avoir inspiré le film "Alien". On retrouve cet épisode dans le roman "La Faune de l’Espace".

On a beaucoup reproché à VAN VOGT des personnages un peu creux et un manque évident de style, ce qui n’est pas forcément faux, mais quelques unes de ses oeuvres font définitivement partie des classiques, en particulier "A la poursuite des Slans".

En 1939, Alfred VAN VOGT épouse E. Mayne HULL, avec qui il écrira plusieurs textes.

En revanche, VAN VOGT a complètement déraillé sur la fin en adhérant à la dianétique de Ron HUBBARD et en se consacrant à la secte des scientologues pendant une dizaine d’année...

S’il est revenu à la S.-F. depuis, il faut bien savoir que ses dernières oeuvres n’ont aucun intérêt.

Atteint de la maladie d’Alzheimer, VAN VOGT est mort le 26 janvier 2000 des suites d’une pneumonie, à l’âge de 87 ans.



- "Le Monde des Non-A" ["The World of Non-A", 1948]

Un humain - en réalité un superhumain - se retrouve au centre d’une guerre étrange que se livre des puissances stellaires, grâce à un nouveau mode de pensée [Non-A signifie non-Aristotélicien] qui le rend immortel.

Best-seller en France [traduit par Boris VIAN] malgrè une intrigue épouvantable très mal ficelée... franchement... pas incontournable...


- "A la poursuite des Slans" ["Slans", 1946]

Une race de mutant est apparue parmi les humains. Ils sont télépathes, super-intelligent, physiquement supérieurs... et pourchassés par les humains qui les détestent.

Un thème désormais classique [le mutant repoussé] que Theodore STURGEON traitera lui sur le registre de l’angoisse, mais que VAN VOGT mène habilement sous la forme du thriller psychologique. La chute est superbe. Sans doute la plus grande réussite de VAN VOGT. 


- "La Faune de l’Espace" ["The Voyage of the Space Beagle", 1951]

Le voyage d’un vaisseau humain qui va de rencontre en rencontre avec des extra-terrestres plus dangereux les uns que les autres... Bestiaire bourré de trouvaille, très marrant à lire malgrè la sobriété du style et le manque d’épaisseur des personnages.

Encore une fois, VAN VOGT invente une nouvelle science, mais c’est un prétexte à raconter, et c’est extrêmement bien fait.

Un bon roman à sketch, en quelque sortes. C’est COSMOS 1999 ou Star Trek avant l’heure. On raconte même que c’est l’une des créatures de ce roman qui a donné naissance à l’ALIEN de Ridley Scott au cinéma.


- "La Guerre contre le Rull" ["War against the Rull", 1959]

Un Terrien consacre sa vie a tenter une alliance avec une race de lézards géants terriblements hostiles pour délivrer la Terre de la menace des Rulls, créatures télépathiques qui veulent réduire l’Humanité en esclavage... L’histoire d’un héros comme les affectionne VAN VOGT : désintéressé, scientifique, froid et malin... parfait ?

Le scénario est un habile prétexte à une galerie d’extra-terrestre très imaginative : lézards bleus télépathes, êtres faits d’électricité, chauve-souris géantes indestructibles... Réjouissant !


Mr.C