EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Auteur iconoclaste et révolté, maniant l’humour comme une arme de combat intellectuel, satiriste virulent des années Vietnam, anti-BUSH déclaré, Kurt VONNEGUT vient de mourir à l’âge de 84 ans. Il laisse une oeuvre audacieuse qui démontre la puissance de révolte de la science-fiction, même s’il a toujours, méfiant des étiquettes, refusé d’être considéré comme un simple "écrivain de SF".


Faut-il sauver le soldat VONNEGUT ?

Kurt Junior est le troisième enfant d’Edith et Kurt VONNEGUT senior. Il suit une scolarité sans étincelle à Indianapolis et fait son apprentissage de l’écriture comme journaliste dans un important quotidien pour étudiants, le Shortridge Daily Echo. [il en deviendra ensuite le rédacteur en chef].
A l’université, où il est inscrit en biochimie, il fait également le reporter pour le Cornell Sun. Mais Kurt n’est pas un étudiant passionné : il est menacé d’expulsion et préfère arrêter ses études pour s’engager dans l’armée en mars 1943.
Quelques mois plus tard, en 1944, sa mère se suicide en avalant une forte dose de médicaments. Ce n’est que le premier d’une longue suite de drames pour Kurt.

Le traumatisme de Dresde

Envoyé sur le front en Europe, Kurt VONNEGUT est fait prisonnier par les Allemands pendant la bataille des Ardennes. Il est envoyé au travail forcé dans une usine de Dresde, en Allemagne.
Il est là lorsque le 13 février au soir, vers 21H30, commence le terrible bombardement de Dresde par les alliés, l’un des plus grands carnages de civils de la Deuxième Guerre Mondiale : 7 000 tonnes de bombes déversées en trois vagues qui feront plus de 35 000 morts.
Kurt VONNEGUT, qui s’était réfugié dans la cave d’un abattoir, fait partie des rares survivants. Ce choc sera la base de son oeuvre maîtresse, écrite vingt-cinq plus tard, « Abattoir 5 ».

De retour aux Etats-Unis en 1945, VONNEGUT épouse Jane Marie COX, une amie d’enfance, qui lui donnera trois enfants.
Après l’échec de sa thèse d’anthropologie, il fait le journaliste à Chicaho. Installé à New York en 1947, il travaille dans les relations publiques pour la General Electric. Mais dès qu’il parvient à placer sa première nouvelle, en 1950, il démissionne et décide d’essayer de vivre de sa plume.

Son premier roman « Player piano » [« Le Pianiste déchaîné », 1952] est une anti-utopie SF assez conventionnelle, qui obtient un beau succès d’édition aux Etats-Unis, puis en Grande-Bretagne. Mais Kurt prend conscience de la mauvaise image dont souffre la science-fiction. Et les ventes de son roman ne suffisent pas à faire vivre sa famille... Kurt doit travailler à nouveau, dans des boulots provisoires, comme enseignant ou marchand de voitures.

En 1958, nouveaux drames : alors que son père vient de mourir, sa sœur Alice succombe à un cancer ; le même jour son beau-frère John perd la vie dans un accident. Kurt et sa femme recueillent les trois enfants du couple.

VONNEGUT trouve sa voie

En 1959, avec « Les Sirènes de Titan », Kurt VONNEGUT, qui veut échapper à la littérature de genre, trouve son style propre : une SF grinçante et parodique, faite d’humour noir et d’anti-militarisme, construite autour d’intrigues parfois bouffonnes, ponctuée d’aphorismes percutants. C’est drôle, incisif, engagé : c’est du VONNEGUT.
Dans « Les Sirènes... » apparaissent plusieurs éléments fondateurs de son Univers, en particulier la race extra-terrestre des Tralfamadoriens, qui manipulent l’Homme depuis l’origine, et le minable écrivain de SF, Kilgore TROUT, attachant et pathétique, dont les ouvrages ne sont vendus que dans les sex-shop...

« Le Berceau du Chat » [1963] permet à VONNEGUT d’aiguiser sa plume, ciselant en figures de style acerbes et courts chapitres une loufoque histoire d’arme de destruction massive détenue par une secte des Caraïbes. En parallèle, il signe aussi quelques romans mainstream, comme « Nuit noire ».
Enfin, en 1969 paraît « Abattoir 5 », qui demeure trois mois en tête des best-sellers américains, fait la renommée de VONNEGUT dans le monde entier, et le consacre enfin, à sa grande satisfaction, comme un grand écrivain de littérature classique.

« Breakfast of champions » [1973], au style syncopé, est mal reçu par la critique. VONNEGUT y reprend le personnage de Kilgore TROUT, qui séduit Philip José FARMER. Celui-ci, avec l’autorisation de VONNEGUT, signe sous ce nom de Kilgoure TROUT le roman « Venus on the half-shelf ». Il aurait volontiers poursuivit "l’imposture" si VONNEGUT avait accepté.

Séparé de sa femme Jane depuis plusieurs années, VONNEGUT divorce en 1979, et se remarie aussitôt, avec l’écrivain et photographe Jill KREMENTZ. Ils ont ensemble une fille, en 1982.
En 1984, alors qu’il rédige « Galàpagos », Kurt VONNEGUT fait une tentative de suicide en avalant un mélange de médicaments et d’alcool. Mais il en réchappe, et reprend la plume, même s’il faut bien avouer que la suite de son œuvre est moins innovante.

Kurt VONNEGUT Jr. avait présenté « Timequake », paru en 1997, comme son dernier ouvrage. Son dernier livre publié en France est « Un homme sans patrie », essai anti-Bush critiquant notamment l’intervention américaine en Irak, dans lequel il écrivait :
« Au cas où cela vous aurait échappé, nous sommes désormais haïs dans le monde entier, comme l’étaient jadis les nazis. »

Kurt VONNEGUT Jr. a quitté la Terre en avril 2007. Sa voix, pourtant, ne s’est pas éteinte.


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE


- "Le pianiste déchaîné" ["Player piano", 1952]

Depuis la Troisième Guerre Mondiale, les machines s’occupent de tout. Les hommes ont une vie agréable. Pourtant l’administrateur Paul Proteus va entrer en révolte.

Satire classique d’un monde automatisé, comparable au "Meilleurs de mondes" d’Aldous HUXLEY sur le principe. Très apprécié en son temps par Philip K. DICK, qui y voyait l’un des "meilleurs romans de SF" qu’il ait lu.

- "Les Sirènes de Titan" ["The Sirens of Titan", 1959]

- "Le berceau du chat" ["Cat’s Cradle", 1963]

127 courts chapitres pour démolir en règle le monde occidental, avec un sens de l’absurde poussé à son paroxysme.

- "Abattoir 5" ou "La croisade des enfants" ["Slaughterhouse-Five", 1969]

Le soldat Billy Pilgrim [« Pèlerin »] est enlevé par les Tralfamadoriens et voyage dans le temps, entre sa nuit de noces, une ville bombardée et la cage du zoo de la planète Tralfamadora où l’on veut l’accoupler avec une actrice célèbre...

Inspiré du traumatisme du bombardement de Dresde dans la nuit du 13 février 1944, vécu par l’auteur. C’est drôle, et ça fait froid dans le dos. Sans doute le chef d’oeuvre de l’auteur. Adapté au cinéma en 1972 : par le réalisateur George Roy HILL, avec succès.

- "Le breakfast du champion" ["Breakfast of champions", 1972]

Portrait écrit - et, comme "Abattoir 5", accompagné de dessins - du fameux, et pitoyable, écrivain raté, Kilgore TROUT. Satire drôlatiquement violente de la société américaine.

Une adaptation cinématographique a été réalisé en 1999, avec Bruce WILLIS.



Lire la critique

COMMANDER

Le Pianiste déchaîné de Kurt Vonnegut Jr.

[Player Piano, 1952]

Un jour, oui, un jour, l’humanité tout entière sera bien obligée de l’admettre : meilleur que Kurt Vonnegut, y’a pas. Hélas, il n’est pas forcément évident de se procurer ses ouvrages dans la langue de Molière, bon nombre d’entre eux n’ayant pas été réédités depuis fort longtemps... Heureusement, il y a Terre de brume ; et, histoire de commencer par le commencement, c’est aujourd’hui le premier roman de Kurt Vonnegut qui a les honneurs d’une réédition dans la collection Poussière d’étoiles.

 

Lire la critique

COMMANDER

Un homme sans patrie de Kurt Vonnegut

Recueil d’aphorisme, petites pensées en passant, bloc-note ou vague monologue plus ou moins grand public, Un homme sans patrie est une sorte de Kurt Vonnegut concentré, un Vonnegut fatigué par ses 83 ans [quand même], mais un Vonnegut alerte, drôle et sardonique.

 

Mr.C