EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Père de la Science-Fiction moderne, H.G.WELLS a tout inventé : la machine à remonter le temps, l’invasion martienne, l’exploration des frontières de l’infiniment grand et de l’infiniment petit, le savant-fou ... C’est bien plus qu’un Jules VERNE anglo-saxon, un auteur pessimiste et impliqué politiquement.


Herbert George WELLS nait dans une famille moyenne du Kent. Il doit travailler assez jeune pour aider ses parents. Bon élève, il se lance dans des études de biologie à la Normal School of Science de London, mais il abandonne avant d’obtenir son diplôme. Il devient professeur, puis journaliste et commence à écrire.

Son premier livre, "La Machine à remonter le Temps" parait en 1895. Ce sera le premier de plus de 80 romans, dont bon nombre connurent un succès immédiat, jamais démenti jusqu’à aujourd’hui.

Ses derniers ouvrages s’orientent vers la pensée politique, mais ils ne connaîtrons jamais le même succès. WELLS regrettait d’ailleurs son image de "Jules VERNE anglais" car il aurait préféré que ses textes "sérieux" soit plus lus que ses "fantaisies", comme il les appelait lui-même.

Reste que WELLS a démontré que la littérature de SF pouvait [devait ?] avoir un point de vue moral, en dénonçant les abus de la technologie.

Il est le premier a avoir lancé une réflexion sur les limites éthiques que les Hommes devraient s’imposer dans leur course vers le Progrès.

En cela il a ouvert la voie à une science-fiction "intelligente" qui a donné au genre certains de ses plus immortels chefs-d’oeuvres.


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE


- "La Machine à explorer le Temps" ["The Time Machine", 1895]

Le Temps n’est-il finalement que la quatrième dimension de l’Espace ? Ne suffit-il pas de se déplacer dans cette dimension pour l’explorer plus avant ?

Un téméraire professeur va tenter l’expérience, et découvrir que dans plusieurs millions d’année, la race humaine se sera éteinte...

- "L’Ile du Docteur Moreau" ["The Island of Dr. Moreau", 1896]

Un naufragé échoue sur une ile inconnue. Elle s’avère être le domaine d’un savant aux visées étranges : il cherche à croiser animaux et êtres humains.

Le prototype du roman macabre autour des expériences interdites d’un médecin déjanté. Dans la lignée de Frankenstein, avec la même volonté d’explorer les limites éthiques de la manipulation des espèces humaines et animales. 

-  "L’Homme Invisible" ["The Invisible Man", 1897]

Un homme découvre accidentellement le secret de l’invisibilité. Mais les conséquences secondaire de cette nouvelle faculté sur son esprit seront catastrophiques.

L’un des romans les plus populaires de la science-fiction, qui allie à merveille romans d’aventure et réflexion sur l’Homme.

Le thème de l’Homme invisible sera dès lors l’un des plus traités, quoique rarement avec autant d’esprit que chez H.G.WELLS.

- "La Guerre des Mondes" ["The War Of The Worlds", 1898]

L’invasion de la Terre par des soucoupes volantes tueuses d’origine martienne. La débacle sera totale du côté de la race humaine, et finalement le salut viendra... de là où on ne s’y attendait pas.

Peut-être le plus fameux des chef-d’oeuvre d’H.G.WELLS. En tout cas le premier roman de SF à imaginer une invasion extra-terrestre, d’origine martienne qui plus est.

La fin est terriblement ingénieuse, même 100 ans après... 




Lire la critique

COMMANDER

"L’homme invisible" de H.G. WELLS

["Invisible man", 1897]

Alors que la neige tombe à gros flocons, à Iping, un village de l’Angleterre, un étranger arrive dans une chambre d’hôte, emmitouflé de la tête aux pieds, gelé, peu causant, mystérieux et il deviendra le centre des conversations des habitants dudit village.

Car personne n’a vu son visage, même la maîtresse des lieux : il porte en permanence des gants, des bandages sur le visage et ne mange que lorsqu’il est seul. Ses malles sont remplies de livres et de flacons de chimie. Les rumeurs vont bon train sur ce personnage volontiers acariâtre...

 

DOSSIERS :

> L'interview - "La guerre des mondes" de H.G. WELLS : une parabole politique [juin 2004]

Mr.C