EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Malgré d’indéniable qualités d’écriture, Walter Jon WILLIAMS a eu du mal à s’imposer en France. C’est sans doute lié au fait que l’on a jamais pu lui coller une étiquette sur le dos : sa bibliographie est des plus éclectiques, Cyberpunk, Fantasy, Hard Science, Space Opéra et bien d’autres...


WILLIAMS commence sa carrière d’écrivain en 1981 avec des romans historiques - 5 au total. Mais en 1984, c’est le virage à 180 degrés. Il se lance dans la science-fiction avec "Ambassador of Progress". La consécration arrirve en 1986 : son roman "Câblé" -"Hardwired" - surfe sur la vague Cyberpunk, initiée par William GIBSON, et remporte un gros succès.

Alors que ce livre, tout comme "Neuromancien", est à la base du mouvement cyberpunk, les deux romans sont extrêmement différents... excepté qu’ils sont identiques. Je m’explique : les deux œuvres prennent place dans une dystopie future où les drogues, les réseaux informatiques, les implants corporels et les grandes corporations sont légion. Mais "Câblé" est différent car il laisse une plus grande part à l’action et le style utilisé par WILLIAMS est plus classique donc plus facile d’accès.

La période cyberpunk passée, Walter Jon WILLIAMS n’aura de cesse de mélanger et de revisiter les genres. Il commencera par le space opéra avec « "Les joyaux de la couronne" ou "Aristoï" en y insérant des décors très baroques. Il se lancera dans la Hard-science avec l’incontournable "Sept jours pour expier" et pour finir - en ce qui concerne les traductions françaises - donnera un coup de jeune à la Fantasy avec "Plasma".

S’attardant toujours sur ses personnages pour leurs donner de l’épaisseur, WILLIAMS écrit des oeuvres toujours très attachantes. En France, seul huit de ses romans ont été traduits sur la vingtaine qu’il a écrit et une seule nouvelle sur les quelques quarante parues outre-atlantique.

Coté influence, il dit avoir été marqué par Samuel DELANY, Roger ZELAZNY et Robert HEINLEIN, mais aussi par des auteurs plus traditionnels tels que Thomas PYNCHON, Vladimir NABOKOV et Joseph CONRAD.

Il faut préciser que ce n’est pas le genre de personne à qui il faut chercher des noises, il est en effet ceinture noire de Kenpo - art martial chinois de combat sans arme, caractérisé par ses techniques de poing...



Lire la critique

COMMANDER

"Cablé + " de Walter John WILLIAMS

REEDITION AUGMENTEE DENOËL / LDE, SEPTEMBRE 2004

Denoël / Lunes d’encre nous offre une réédition, qui sans être incontournable, n’en est pas moins indispensable. Paradoxal ? Non.

Dans ce gros volume on retrouve 2 romans et 2 nouvelles :
- "Câblé" ["Hardwired", 1986]
- "Perspective Erogène" ["Eregenoscape", 1991]
- "Solip : System" ["Solip ::Systeme", 1989]
- "Le souffle du cyclone" ["Voice of the whirlwind", 1987]

 

Lire la critique

COMMANDER

"Mélancolie des Immortels" [La chute de l’empire Shaa - Tome 1] de Walter John WILLIAMS

La 4eme de couverture nous laisse penser que l’on est en présence d’un space opéra tout ce qu’il y a de plus classique. Il y aura, certes, des poursuites entre vaisseaux, des extra-terrestres et des explosions flamboyantes, mais s’arrêter là serait négliger la maîtrise et la subtilité de Walter Jon WILLIAMS, qui saura nous surprendre de bien des manières.

 

Lire la critique

COMMANDER

Sept jours pour expier de Walter Jon Williams

[Days of atonement, 1991]

Le mythe américain, ça vous tente ? 7 jours pour expier est fait pour vous. Habitué du cyberpunk [lire l’indispensable Cablé], l’auteur s’en donne à coeur joie en racontant l’histoire de Loren Hawn, minable chef de la Police dans un bled paumé au fin fond du Nouveau Mexique.

 

Lire la critique

COMMANDER

"Plasma" de Walter J. WILLIAMS

["Metropolitan", 1995]

Sur une terre couvertes de mégalopoles où les gens sont regroupés par ethnies comme les Barkazis ou le Jaspeeris, la Terre est recouverte par le Bouclier depuis des milliers d’années par les Malakas, le peuple des Elévés. Et ce bouclier est infranchissable, même à l’aide du Plasma, source première de la planète, qui peut soigner les blessures, courber la matière, servir d’arme ou doper les capacités humaines...si l’on sait s’en servir. Comme savent le faire les mages. Le plasma est géré par les gens de l’Office, société gouvernementale et gérante de cette puissante, dont fait partie Ayah, simple fonctionnaire Barkazie, criblée de dettes, qui voit la chance lui sourire lorsqu’elle découvre un gisement illégal qu’elle décide de vendre pour en récupérer des bénéfices...

 

Lunatik