EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 05/07/2008

Yama Loka Terminus de Léo Henry et Jacques Mucchielli

ED. L’ALTIPLANO / NOIR & BLANC, JUIN 2008

Par Nathrakh

Quatrième titre de la collection Noir & Blanc des éditions L’Altiplano, Yama Loka Terminus contient trois fois sept nouvelles écrit par Léo Henry (ancien de L’Oxymore) et Jacques Mucchielli, ensemble de témoignages décrivant une capitale du futur, Yirminadingrad, miroir noir de notre modernité.


Yirminadingrad, ville de onze millions d’habitants située sur les côtes de la mer Noire, a vu guerres, accidents nucléaires et désordres sociaux. Mais c’est aussi une cité cosmopolite, zone de transit pour businessmen et pour touristes venus découvrir de quoi sera fait leur futur. Elle dépasse les nations pour former un lieu particulier duquel chacun peut chercher à s’échapper, sans jamais pouvoir l’oublier. Elle rassemble toutes les religions, tous les peuples, et ce monde futur tente, tant bien que mal, de survivre sans vraiment y croire. Elle se fait le centre de toutes les luttes sociales, de tous les conflits économiques et politiques, et se dirige peu à peu vers l’effondrement, déjà inéluctable. De l’extérieur, elle apparaît comme une ville moderne comme les autres, tentaculaire et en constante élévation, mais, dans ses entrailles, elle est maintenue debout par le travail de milliers d’ouvriers, ignorants de leur condition, et où vivent des fantômes, emprisonnés dans le réseau de chemin de fer de la ville, tortueux et interminable.

Yirminadingrad forme le point d’appui de cet ensemble de témoignages où chaque narrateur, enfant ou vieil ouvrier, artiste de retour dans sa ville natale ou commercial cynique, présente sa perception d’une ville à laquelle leur individualité est profondément attachée. Dans un avenir proche, l’individu, face à l’immensité d’une telle ville et un monde (dont Yirminadingrad n’est que le reflet le plus criant de désespoir) sans destin autre que la disparition, n’est plus grand chose. Dès lors, chaque texte montre un individu solitaire, souvent perdu, très rarement sauvé, qui survit en attendant (bien malgré lui) la chute ou en espérant une vie meilleure.
 Avec cette œuvre au style toujours changeant, mais toujours ciselé et adapté au récit, parfois tirant vers l’expérimentation et le récit elliptique, le lecteur se retrouve face à un mélange subtil et pertinent de plusieurs perspectives science-fictives : prospection sociale, comme pourrait le faire J.G. Ballard, dans la description de milieux industriels étouffants (« Demain l’usine » ou « Et s’échapper des côtes rompues, et se répandre en nuées immenses »), torsion de la réalité et récits au certain accent mystico-religieux plutôt dickien (« Cheval cauchemar », « Légende dorée de Saint Christophe »), sans que ces perspectives ne soient exclusives. La science-fiction, dans plusieurs de ses possibilités, est bien présente ; on perçoit un monde futur potentiel, crée à partir du présent, un monde où tout se mélange dans la violence, sans porte de sortie.

Le résultat est définitivement pessimiste. Dans cet entrelacs de milieux industriels, de chiens malades, de pollution et de conflits, l’espoir est absent. Chacun est soit apathique et tente de survivre, soit cherche à purger sa frustration et ses passions violentes dans l’art (destructeur), dans le mysticisme ou dans la recherche d’une sensualité, qui peut aller jusqu’à la perversion. Mais bien que Yirminadingrad n’offre pas grand chose, les individus peuvent réussir à s’échapper temporairement, à vivre un peu sans la violence et sans la peur au ventre ; ainsi dans « Escale d’urgence (matériaux pour un adultère) » où, le temps d’un carnaval, chacun peut expérimenter la joie sans avoir à redouter l’autre.


COMMANDER

Yama Loka Terminus érige une très belle narration à plusieurs voix d’un monde tel qu’il est, tel qu’il pourra être. Il s’inscrit merveilleusement dans un ensemble d’interrogations actuelles sur l’individu et sur une modernité changeante, pour atteindre une beauté singulière, froide, sensible. Ce n’est pas forcément agréable, mais c’est nécessaire.